Libéralisme religieux

Le protestantisme nous vint de l’Allemagne et surtout de Genève. Il est bien nommé. Il était impossible de qualifier la Réforme de Luther autrement que par un mot de protestation, car elle est protestation contre la civilisation chrétienne, protestation contre l’Eglise qui l’avait fondée, protestation contre Dieu de qui elle émanait.
Le  protestantisme de Luther est l’écho sur la terre du « Non serviam » de Lucifer. Il proclame la liberté, celle des rebelles, celle de Satan : le libéralisme. Il dit aux rois et aux princes : « Employez votre pouvoir à soutenir et à faire triompher ma révolte contre l’Eglise et je vous livre toute l’autorité religieuse ».
Tout ce que la Réforme avait reçu de la Renaissance et qu’elle devait transmettre à la Révolution est dans ce mot :  Protestantisme.
Communiqué d’individu à individu, le protestantisme gagna bientôt de province en province. L’historien allemand et protestant Ranke nous dit quel fut son grand moyen de séduction : la licence, que la Renaissance avait mise en honneur. « Beaucoup de gens embrassèrent la Réforme, dit-il, avec l’espérance qu’elle leur assurerait une plus grande liberté dans la conduite privée. »
C’est qu’en effet il y a entre le catholicisme et le  protestantisme, tel qu’il fut prêché par  Luther, une différence radicale sous ce rapport. Le catholicisme promet des récompenses futures à la vertu et menace le vice de châtiments éternels; par là, il met aux passions humaines le frein le plus puissant. La Réforme, elle, venait promettre le paradis à tout homme, même le plus criminel, sous la seule réserve d’un acte de foi intérieur à sa justification personnelle par l’imputation des mérites du Christ.
Si, par le seul effet de cette persuasion, qu’il est facile de se donner, les hommes sont assurés d’aller en paradis tout en continuant de se livrer au péché, même au crime, bien sot serait celui qui renoncerait à se procurer ici-bas tout ce qu’il trouve à sa portée.

Henri Delassus – La conjuration anti-chrétienne (1910) – p. 45. Lire ce livre en ligne: Tome 1, Tome 2, Tome 3; à acheter: ici.

Publicités
Cet article a été publié dans Mgr Delassus, Protestantisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.