Table rase

Vers la fin du siècle dernier, il s’est produit dans la société française un mouvement d’idées dont rien ne permet encore de prévoir le terme. Jusque-là, on avait bien vu des nations modifier sur quelques points les conditions de leur vie publique, suivant les besoins des temps et l’état des esprits; et, dans le cours de sa longue histoire, la France elle-même n’avait pas manqué, à maintes reprises, d’approprier à des situations nouvelles son régime civil et politique.
Dans de pareilles réformes, inspirées par la justice et conduites avec sagesse, il n’y a rien qui ne soit conforme aux vues de la Providence et à l’ordre naturel des choses.
Mais une nation, rompant brusquement avec tout son passé, faisant, à un moment donné, table rase de son gouvernement, de ses lois, de ses institutions, pour rebâtir à neuf l’édifice social, depuis la base jusqu’au sommet, sans tenir compte d’aucun droit ni d’aucune tradition; une nation réputée la première de toutes, et venant déclarer à la face du monde entier qu’elle a fait fausse route depuis douze siècles, qu’elle s’est trompée constamment sur son génie, sur sa mission, sur ses devoirs, qu’il n’y a rien de juste ni de légitime dans ce qui a fait sa grandeur et sa gloire, que tout est à recommencer et qu’elle n’aura ni trêve ni repos tant qu’il restera debout un vestige de son histoire : non, jamais spectacle aussi étrange ne s’était offert aux regards des hommes ;
Mgr FREPPEL – La révolution française (1889)
Publicités
Cet article a été publié dans Franc-maçonnerie, Mgr Freppel, Révolutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.