Redouter le Jugement

LIVRE I – CHAPITRE XXIV – DU JUGEMENT ET DU CHATIMENT DES PECHES
I 1 En toute chose, considère la fin, et comment tu te tiendras, debout, face au juge sévère à qui rien n’est caché, que les présents n’apaisent pas, qui n’accepte point d’excuses, mais qui juge ce qui est juste.
2 Pécheur très misérable et insensé ! que répondras-tu à Dieu qui connaît toute l’étendue du mal en toi, toi qui parfois redoutes le visage d’un homme irrité ?
3 Pourquoi ne pas te prémunir pour le jour du jugement, quand personne ne pourra être défendu ni excusé par un autre, mais qu’il suffira à chacun d’être à charge à lui-même?
4 Maintenant, ton labeur est fructueux, tes pleurs sont agréés, tes gémissements écoutés, ta douleur répare et purge tes fautes.
II 5 L’homme patient demeure dans un grand et profitable purgatoire, lorsque, subissant des injustices ; il souffre plus de la malice d’autrui que de sa propre injustice ; lorsqu’il prie volontiers pour ses adversaires et, de tout cœur, leur remet leurs fautes; lorsqu’il demande pardon aux autres sans retarder : est plus accessible à la pitié qu’à la colère ; lorsqu’il se fait fréquemment violence à lui-même et s’efforce de placer entièrement la Chair sous le joug de l’Esprit.
6 Il vaut mieux maintenant purger tes péchés et retrancher tes vices, qu’en réserver la purgation dans l’avenir.
7 En vérité, nous nous trompons nous-mêmes par l’amour désordonné que nous avons de la Chair.
III 8 Que dévorera ce grand feu, sinon tes péchés ?
9 Plus tu t’épargnes toi-même à présent et suis la Chair, plus durement tu expieras par après et plus tu amoncelles de matériaux à brûler.
10 L’homme est plus gravement puni par où il a péché.
11 Ceux de piété paresseuse seront harcelés d’aiguillons ardents et les grands goulus seront crucifiés par une soif et une faim épouvantables.
12 Là, les luxurieux et amateurs de volupté seront plongés dans la poix brûlante et le soufre fétide et les envieux hurleront de douleur comme des chiens furieux.
IV 13 Il n’y aura aucun vice qui n’ait son propre tourment.
14 Là les orgueilleux seront remplis de toutes sortes de confusions et les avares réduits à la plus cruelle misère.
15 Là, une seule heure de châtiment sera plus écrasante que cent années de la plus lourde pénitence.
16 Là, nul repos, nul soulagement pour les damnés ; ici-bas, au moins, les travaux ont des moments de relâche, et l’on jouit de la consolation de ses amis.
17 Dès à présent, sois inquiet et affligé de tes péchés, afin qu’au jour du jugement tu sois en sécurité avec les bienheureux.
V 18 Alors, en effet, les justes se dresseront avec une grande assurance en face de ceux qui les ont écrasés et opprimés.
19 Alors, se lèvera pour juger celui qui, à présent, se soumet humblement au jugement des hommes.
20 Alors, le pauvre et l’humble auront grande assurance et l’orgueilleux tremblera de tous ses membres.
21 Alors, on verra qu’il fut sage en ce monde, celui qui a appris à être fou et méprisé pour le Christ.
22 Alors, toute tribulation endurée avec patience sera sujet de contentement, et toute iniquité fermera sa bouche.
23 Alors, tout homme pieux sera dans la joie et tout impie dans la tristesse.
24 Alors, la chair affligée exultera plus que si elle avait été toujours nourrie dans les délices.
25 Alors, resplendiront les pauvres habits et les fins vêtements s’assombriront.
26 Alors, il y aura plus de louange pour le pauvre petit réduit que pour le palais tout doré.
27 Alors, la ferme patience aidera plus que toute la puissance du monde.
28 Alors, la simple obéissance sera plus exaltée que toute l’astuce du siècle.
29 Alors, une pure et bonne conscience te donnera plus de joie que la plus savante philosophie.
VI 30 Alors, le mépris des richesses sera de plus de poids que tous les trésors des fils de la terre.
31 Alors, tu seras plus réconforté en raison d’une pieuse prière qu’en raison d’un festin délicieux.
32 Alors tu te réjouiras plus d’avoir gardé le silence que d’avoir longuement bavardé.
33 Alors, les œuvres saintes vaudront plus que beaucoup de belles paroles.
34 Alors, la vie étroite et l’âpre pénitence plairont plus que tous les plaisirs de la terre.
VII 35 Apprends-toi maintenant à souffrir un peu afin qu’alors tu puisses être délivré de peines plus lourdes.
36 Fais l’essai ici-bas, en premier, de ce que tu pourrais plus tard [supporter].
37 Si tu es capable maintenant de si peu supporter, comment pourrais-tu souffrir les tourments éternels ?
38 Si, à présent, la moindre souffrance te rend impatient, que ferais-tu alors, dans la Géhenne ?
39 En vérité, tu ne peux posséder ces deux joies : te délecter ici dans le monde et plus tard régner avec le Christ.
VIII 40 Quand, jusqu’à ce jour, tu aurais sans cesse vécu dans les honneurs et les voluptés, à quoi te profiterait tout cela s’il t’arrivait de mourir à l’instant même ?
41 Tout est donc vanité, hormis aimer Dieu et le servir Lui seul.
42 Qui aime Dieu de tout son cœur, n’est effrayé ni de la mort, ni du martyre, ni du Jugement, ni de l’Enfer, car le parfait amour nous procure un sûr accès auprès de Dieu.
43 Quant à celui qui se délecte encore à pécher, rien d’étonnant qu’il redoute la mort et le jugement.
44 Si l’amour ne l’éloigne pas du mal, il est bon qu’au moins la crainte de la géhenne le retienne.
45 Qui met vraiment de côté la crainte de Dieu, ne sera pas capable de tenir longtemps dans le bien, mais tombera très vite dans les pièges du démon.
Thomas A Kempis – L’imitation de Jésus-Christ – XVè siècle
Publicités
Cet article a été publié dans Enfer, Paradis, Purgatoire, Thomas A Kempis. Ajoutez ce permalien à vos favoris.