Marx écrivait des poèmes à Satan !

Merci à Johan Livernette pour cette info

Je veux me bâtir un trône dans les hauteurs,
Son sommet sera glacial et gigantesque,
Il aura pour rempart la terreur de la superstition,
Pour maréchal, la plus sombre douleur.
(Karl Marx, Morceaux choisis, Vol. I – New York, International Publishers, 1974)

Ainsi j’ai perdu le ciel,
Je le sais très bien.
Mon âme naguère fidèle à Dieu
A été marquée pour l’enfer.
Les vapeurs infernales me montent au cerveau
Et le remplissent jusqu’à ce que je devienne fou
Et que mon coeur soit complètement changé.
Regarde cette épée :
Le Prince des ténèbres me l’a vendue.

(…)


S’il y a quelque chose capable de détruire,
Je m’y jetterai à corps perdu,
Quitte à mener le monde à la ruine.
Oui, ce monde qui fait écran entre moi et l’abîme,
Je le fracasserai en mille morceaux
A force de malédictions ;
J’étreindrai dans mes bras sa réalité brutale,
Dans mes embrassements il mourra sans un mot
Et s’effondrera dans un néant total,
Liquidé, sans existence : Oui, la vie, ce sera vraiment cela !

Karl Marx – poèmes « La vierge pâle » et « Le ménestrel »
http://www.barruel.com/karl-marx-et-satan.html
Publicités
Cet article a été publié dans 5 - Ennemis de Dieu, Communisme, Enfer, Judaïsme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.