Le protestantisme, destruction de l’unité chrétienne

Il y a 25 000 sectes protestantes à travers le monde !
D. L’unité de la foi, si formellement recommandée dans la Bible, par Jésus-Christ et par les apôtres peut-elle exister dans le  Protestantisme ?
R. Non assurément ; cette unité est impossible là où chacun a le droit de croire ce qu’il veut, autant qu’il veut, et comme il le veut.
C’est ce qui a fait que les différentes sectes  protestantes et leurs adhérents ont été comparés, par un auteur moderne de leur parti, à une collection d’oiseaux de tout genre, depuis le hibou, ami des ténèbres, jusqu’à l’aigle, ami du soleil.
Tous ces oiseaux sont perchés sur le grand arbre de la Bible : chacun d’eux fait entendre le ramage qui lui est propre, l’un d’une manière, l’autre d’une autre. Il en résulte une musique qui vous étourdit les oreilles. Celui-ci vous crie qu’un objet est blanc, celui-là proteste que le même objet est noir ; l’un jure qu’il est rouge, l’autre affirme plus énergiquement encore qu’il est vert. Et pourtant chacun ne chante que la Bible.
D. Cela est-il possible ?
R. Bien plus : c’est un fait notoire, public, universel. Essayez de demander à un Protestant, si Jésus-Christ est Dieu ; il vous répondra que oui. Faites la même question à un autre, il vous répondra que non. Interrogez un troisième, vous aurez pour réponse : que le Jésus-Christ historique, tel qu’il est décrit dans l’Evangile, n’a pas même existé, et que toute son histoire est un mythe, c’est-à-dire, une fable.
Ce que je dis ici de cet article fondamental du Christianisme est vrai à plus forte raison pour tout autre article du symbole, depuis le premier : « Je crois en Dieu le Père« , jusqu’au dernier : « Je crois à la vie éternelle. Ainsi soit-il« .
Abbé Peronne – Le Protestantisme (1857)
Publicités
Cet article a été publié dans Abbé Peronne, Protestantisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.