De la supériorité de la doctrine sociale de l’Eglise

compendium-doctrine-sociale-eglise-1335. La sagesse, la valeur de [la doctrine sociale de l’Eglise] est admise par tous ceux qui la connaissent véritablement. Avec raison, des hommes d’Etat éminents ont pu affirmer qu’après avoir étudié les divers systèmes sociaux, ils n’avaient rien trouvé de plus sage que les principes exposés dans les Encycliques Rerum novarum et Quadragesimo anno.
Jusque dans les pays non catholiques, et même non chrétiens, on reconnaît la grande valeur sociale des doctrines de l’Eglise. C’est ainsi qu’un homme politique éminent, non chrétien, de l’Extrême-Orient, n’hésitait pas à proclamer, il y a un mois à peine, que l’Eglise avec sa doctrine de paix et de fraternité chrétienne apporte une très précieuse contribution à l’établissement et au maintien si laborieux de la paix entre les nations.
Enfin, des rapports authentiques arrivant au Centre de la Chrétienté affirment que les communistes eux-mêmes, s’ils ne sont pas totalement corrompus, lorsqu’on leur expose la doctrine sociale de l’Eglise, en reconnaissent la supériorité sur les doctrines de leurs chefs et de leurs maîtres. Ceux que la passion aveugle et à qui la haine ferme les yeux devant la lumière de la vérité, ceux-là seuls la combattent obstinément. 
36. Mais les ennemis de l’Eglise, forcés de reconnaître la sagesse de sa doctrine, l’accusent cependant de n’avoir pas su confronter ses actes à ses principes et affirment en conséquence la nécessité de chercher d’autres voies. Combien cette accusation est fausse et injuste, toute l’histoire du Christianisme le démontre.
Pour ne rappeler ici que quelques faits caractéristiques, c’est le Christianisme qui, le premier, proclama généreusement, avec une ardeur et une conviction inconnues aux siècles précédents, la vraie et universelle fraternité de tous les hommes, à quelque race ou condition qu’ils appartiennent; il contribua ainsi puissamment à l’abolition de l’esclavage, non par des révoltes sanguinaires, mais par la force intérieure de sa doctrine, en faisant voir à l’orgueilleuse patricienne de Rome, dans son esclave, une soeur dans le Christ.
C’est le Christianisme qui adore le Fils de Dieu fait homme par amour des hommes et devenu  » Fils du Charpentier « ,  » Charpentier  » lui-même ; c’est le Christianisme qui consacra la vraie dignité du travail manuel, tâche autrefois méprisée, au point que l’honnête Marcus Tullius Cicéron, résumant l’opinion générale de son temps, ne craignit pas d’écrire ces paroles qui, aujourd’hui, feraient honte à n’importe quel sociologue :  » Tous les artisans s’occupent de métiers méprisables, car l’atelier ne peut rien avoir de noble « .
37. Fidèle à ses principes, l’Eglise a régénéré l’humanité. Sous son influence, ont surgi d’admirables oeuvres de charité, des corporations puissantes d’artisans et de travailleurs de toutes catégories: le libéralisme du siècle passé s’en est moqué, parce qu’elles étaient des organisations du moyen âge; mais elles s’imposent aujourd’hui à l’admiration de nos contemporains, qui, en divers pays, cherchent à les faire revivre.
Lorsque d’autres courants entravaient son oeuvre et empêchaient son influence salutaire, l’Eglise, et cela jusqu’à nos jours, ne cessait pas d’avertir les égarés. Il suffit de rappeler avec quelle fermeté, quelle énergie et quelle constance Notre Prédécesseur Léon XIII a revendiqué pour l’ouvrier le droit d’association, que le libéralisme régnant dans les plus puissants Etats s’acharne à lui refuser. Même à l’heure actuelle, la doctrine de l’Eglise exerce une influence plus grande qu’il ne paraît; car le pouvoir des idées sur les faits est certainement considérable, bien qu’il soit invisible à mesurer.
38. On peut dire en toute vérité que l’Eglise, à l’imitation du Christ, a passé à travers les siècles en faisant du bien à tous. Il n’y aurait ni socialisme ni communisme si les chefs des peuples n’avaient pas dédaigné ses enseignements et ses maternels avertissements.
Mais ils ont voulu élever, sur les bases du libéralisme et du laïcisme, d’autres constructions sociales, qui tout d’abord paraissaient puissantes et grandioses; mais on vit bientôt qu’elles n’avaient pas de fondements solides; elles s’écroulent misérablement l’une après l’autre, comme doit s’écrouler fatalement tout ce qui ne repose pas sur l’unique pierre angulaire qui est Jésus-Christ.
Sa Sainteté le Pape Pie XI – Divini Redemptoris (1937) – Acheter le Compendium de la doctrine sociale
Publicités
Cet article a été publié dans Doctrine, Economie / Social, Papes, Pie XI. Ajoutez ce permalien à vos favoris.