Les caractéristiques de la mentalité démoniaque

Angels-Demons-1826Les anges sont constitués d’une substance spirituelle simple. Ils ne sont pas des êtres composés, comme les hommes. De cette simplicité constitutive, l’intelligence angélique va retirer ses deux principaux traits : la promptitude et la rectitude.
L’intelligence angélique s’exerce avec promptitude. Pas de parties diverses à mettre d’accord, pas de délibération préalable, donc pas d’hésitation. Ange signifie messager. Les anges sont créés pour être des messagers rapides. Rapides, ils le sont naturellement aussi dans leurs déductions. Ils voient, d’un seul regard de l’esprit, les ultimes conséquences de leurs décisions. Aussi dit-on souvent que leur pensée n’est pas discursive.
L’intelligence angélique s’exerce également avec rectitude. Elle juge avec droiture, c’est-à-dire avec une logique parfaite. Elle aime, en Dieu, ce qui est rigoureux.
Ainsi faits de promptitude et de rectitude, les anges ont été créés libres. Dieu veut qu’il adhèrent librement aux lois qu’Il a établies pour régler leurs activités.
Que va-t-il se passer si les anges, usant mal de cette liberté, viennent à transgresser la loi divine, c’est-à-dire à prévariquer ? Ils vont encourir un châtiment, bien entendu, mais ils vont cependant conserver leur nature angélique, laquelle ne leur est pas enlevée puisque « Dieu ne se repent pas de ce qu’Il a fait ». Ils vont conserver leur promptitude et leur rectitude constitutives.
Mais alors cette promptitude et cette rectitude vont être détournées de leur finalité. Elles vont être déviées. Elles vont s’exercer à rebours de leur activité normale. La nature angélique va subsister mais elle va subir une distorsion.
Nous avons vu que, du fait de la promptitude de leur intelligence, il n’y a pas d’hésitation chez les anges. Mais alors il ne va pas non plus y avoir de repentance chez les démons. Ils vont apercevoir, d’un seul regard, les conséquences de leur décision. Et s’ils prévariquent, c’est qu’ils se préfèrent à Dieu avec une volonté farouche. La pénétration de leur intelligence devait précisément leur éviter tout mouvement de révolte en leur en montrant l’aboutissement.
Nous tenons là un des traits essentiels de la « mentalité » démoniaque, l’obstination. Tout ce que font les démons se retourne contre eux ; ils le savent et pourtant ils le font. Ils ne veulent, ni rétrograder, ni même s’arrêter en chemin. Rappelons ici le proverbe chrétien bien connu : « errare humanum est, perseverare diabolicum ».
L’obstination est, en effet, diabolique. Elle l’est chez les démons mais elle l’est aussi chez les hommes.
Sur ce sujet, citons un passage de saint Basile : « Les anges ont reçu leur nature par le Verbe ; leur sainteté y a été ajoutée par le Saint Esprit. Ce n’est pas par l’exercice progressif des vertus que les anges sont devenus dignes de recevoir le Saint Esprit, mais c’est par un don gratuit qu’ils ont reçu la sainteté, un don ajouté à leur nature au moment de leur création et pénétrant leur être ; c’est pourquoi ils ne peuvent que difficilement pécher. »
Que va devenir, chez les démons, la rectitude de l’intelligence angélique ? Elle va demeurer en eux mais elle sera désormais utilisée à contresens. Elle va devenir la logique intempestive si caractéristique des décisions démoniaques. Le démon reste un logicien aux déductions rigoureuses parce que telle est sa nature d’ange. Mais, du fait de la prévarication, il n’y a plus de vérité en lui. Le mécanisme de son raisonnement restera le même, et c’est le contenu de sa pensée qui sera changé. Il appliquera à des pensées fausses, un raisonnement logique.
Quand il raisonne, le démon sait d’avance à quelle conclusion il veut aboutir. Et cette conclusion est évidemment fausse puisqu’il n’y a plus de vérité en lui. Alors de deux choses l’une :
– ou bien il est obligé de partir d’un postulat juste, mais alors il lui fera subir une série de déviations insensibles pour arriver à la conclusion qui est préétablie ;
– ou bien, quand il le pourra, il posera un postulat faux afin de parvenir à la conclusion qu’il s’est fixée, après un raisonnement d’une logique irréprochable.
Il faut bien se garder d’entamer la conversation avec un tel logicien car on est battu d’avance. La logique du démon est la logique de la révolte, révolte qu’elle va prolonger jusqu’à ses dernières conséquences, jusqu’à ses extrémités les plus folles.
L’enténèbrement des démons a envahi leur substance spirituelle tout entière parce qu’elle est homogène et ne présente aucune coupure capable de limiter l’invasion. Les anges ne sont pas des êtres fragiles et frangibles. Dieu leur avait donné une solidité qui les mettait à l’abri de toute perturbation, si leur libre volonté fût restée bonne. Il a fallu aux anges révoltés un haut degré de malice et une prodigieuse volonté, pour préférer les ténèbres à la lumière. On comprend que Dieu ne soit pas tenu de leur faire miséricorde.
La « mentalité » démoniaque doit, à sa nature angélique, deux traits essentiels : l’obstination et la logique. Nous devons nous attendre à retrouver ces deux traits dans les habitudes d’esprit des humains qui se font des imitateurs des démons. Tous ceux que Lucifer entraîne, il en fera des obstinés et des raisonneurs.
Jean Vaquié – Abrégé de démonologie (1988)
Publicités
Cet article a été publié dans Anges, Doctrine, Enfer, Jean Vaquié, Méditations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.