L’erreur doit être mise à nu !

0_irenee_plus
« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. » Mt 10,34
L’erreur n’a garde de se montrer telle qu’elle est, de peur que, ainsi mise à nu, elle ne soit reconnue ; mais, s’ornant frauduleusement d’un vêtement de vraisemblance, elle fait en sorte de paraître – chose ridicule à dire – plus vraie que la vérité elle-même, grâce à cette apparence extérieure, aux yeux des ignorants.
Comme le disait, à propos de ces gens-là, un homme supérieur à nous : « la pierre précieuse, voire de grand prix aux yeux de certains, qu’est l’émeraude, se voit insultée par un morceau de verre habilement truqué, s’il ne se rencontre personne qui soit capable de procéder à un examen et de démasquer la fraude. Et lorsque de l’airain a été mêlé à l’argent, qui donc, s’il n’est connaisseur, pourra aisément le vérifier ?« .
Or nous ne voulons pas que, par notre faute, certains soient emportés par ces ravisseurs comme des brebis par des loups, trompés qu’ils sont par les peaux de brebis dont ils se couvrent, eux dont le Seigneur nous a commandé de nous garder, eux qui parlent comme nous, mais pensent autrement que nous.
Saint Irénée de Lyon (130-202) – Père de l’Eglise – Contre les hérésies, ou Réfutation de la gnose au nom menteur (livre I, mise en garde contre les doctrines impies)
Publicités
Cet article a été publié dans Esotérisme, Méditations, Paganisme, Pères de l'Église, Saint Irénée de Lyon, Saints. Ajoutez ce permalien à vos favoris.