Une preuve simple que les Evangiles sont authentiques

imagesLe reniement de Pierre est rapporté dans les 4 Evangiles (Luc 22, 54-66 / Marc 14, 66-71 / Matthieu 26, 69-75 / Jean 18, 15-27 ! Le Premier des Apôtres a renié son Dieu, le Dieu fait Homme, celui pour lequel il a consacré toute sa vie ! Et pas qu’une fois ! Trois fois ! Quelle épisode honteux, quelle bassesse, quelle ignominie !
Croyez-vous maintenant sincèrement qu’une fausse religion aurait conservé ce passage dans ses textes sacrés ? Croyez-vous vraiment que le Premier Pape que fut Saint Pierre ait été heureux qu’on parle de lui de la sorte pour l’Eternité ? La logique n’aurait-elle pas voulue que Pierre fasse la chasse aux 4 Evangélistes en leur imposant de censurer ce fait scandaleux ? Il en avait le pouvoir ! Il ne l’a pas fait. Pourquoi ? Parce que Jésus est vraiment ressuscité, et qu’il a donné à Pierre les clefs de la Sainte Eglise après son repentir sincère et ses litres de larmes versées. Il n’a donc pas eu besoin de mentir, de dissimuler la Vérité. Il a été faible au pire moment, mais il a été relevé et a reçu la force d’assumer son acte puis sa mission devant les hommes.
N’est-ce pas magnifique ?
Les fausses religions ne peuvent pas se permettre une telle audace dans leurs livres « saints ».
On en déduit donc que si ce passage critique n’a pas été censuré, tout le reste des Evangiles est vrai.
Le triple reniement de Pierre (Jean 18, 15-27)
15 Simon Pierre, avec un autre disciple, suivait Jésus. Ce disciple était connu du souverain sacrificateur, et il entra avec Jésus dans la cour du souverain sacrificateur; 16 mais Pierre resta dehors près de la porte. L’autre disciple, qui était connu du souverain sacrificateur, sortit, parla à la portière, et fit entrer Pierre. 17 Alors la servante, la portière, dit à Pierre: Toi aussi, n’es-tu pas des disciples de cet homme? Il dit: Je n’en suis point. 18 Les serviteurs et les huissiers, qui étaient là, avaient allumé un brasier, car il faisait froid, et ils se chauffaient. Pierre se tenait avec eux, et se chauffait.
19 Le souverain sacrificateur interrogea Jésus sur ses disciples et sur sa doctrine. 20 Jésus lui répondit: J’ai parlé ouvertement au monde; j’ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s’assemblent, et je n’ai rien dit en secret. 21 Pourquoi m’interroges-tu? Interroge sur ce que je leur ai dit ceux qui m’ont entendu; voici, ceux-là savent ce que j’ai dit. 22 A ces mots, un des huissiers, qui se trouvait là, donna un soufflet à Jésus, en disant: Est-ce ainsi que tu réponds au souverain sacrificateur? 23 Jésus lui dit: Si j’ai mal parlé, explique-moi ce que j’ai dit de mal; et si j’ai bien parlé, pourquoi me frappes-tu?
24 Anne l’envoya lié à Caïphe, le souverain sacrificateur. 25 Simon Pierre était là, et se chauffait. On lui dit: Toi aussi, n’es-tu pas de ses disciples? Il le nia, et dit: Je n’en suis point. 26 Un des serviteurs du souverain sacrificateur, parent de celui à qui Pierre avait coupé l’oreille, dit: Ne t’ai-je pas vu avec lui dans le jardin? 27 Pierre le nia de nouveau. Et aussitôt le coq chanta.
Publicités
Cet article a été publié dans Divers Eglise, Méditations. Ajoutez ce permalien à vos favoris.