Mode d’emploi du Zyklon B

lepismeLe document NI-9912 : il anéantit tous les prétendus « témoignages », sans exception, sur l’emploi du Zyklon B pour tuer des êtres humains.
Remarques sur ce document 
Il provient des archives des procès de Nuremberg. Il a été enregistré par les Américains à une date tardive : le 21 août 1947, sous la cote NI (Nuremberg, Industrialists). Il provient des archives de la Degesch. Il est répertorié sous quatre rubriques, dont la rubrique des « Atrocités » (sic).
L’original se présente sous la forme de quatre grandes pages à placarder. Il s’agissait d’une affichette qui a dû être distribuée à de très nombreux exemplaires, ici par l’Institut d’Hygiène de Prague en pleine guerre sans doute. Son contenu montre qu’il s’agit de directives pour l’emploi du Zyklon (acide prussique ou cyanhydrique) en vue d’exterminer la vermine dans les bâtiments qui pouvaient être aussi bien civils que militaires (appartements, casernes, etc.).
Ce document nous rappelle opportunément une vérité d’expérience : de toutes les armes mortelles, le gaz restera sans doute longtemps la moins maniable ; quand il tue, il tue si bien qu’il peut être fatal au tueur qui s’avise de l’employer. Autant il est facile de tuer avec de l’acide prussique, autant il est difficile de tuer son prochain sans de terribles risques pour soi-même.
Ce document décrit les propriétés du Zyklon, son risque d’explosion, sa toxicité. Seules des personnes possédant un certificat délivré au terme d’un entraînement spécial peuvent utiliser ce produit. Le programme d’un gazage, puis ses préparatifs nécessitent des mesures et des travaux qui requièrent plusieurs heures, sinon plusieurs jours. Puis vient l’opération elle-même. Parmi de nombreux détails on notera que le Zyklon ne se déverse pas en tas ou à la volée.
Pour avoir son effet, il doit être étalé en couche mince sur des napperons de papier ; rien n’ira s’égarer dans un coin et tout sera récupéré le moment venu. Il faudra de six à trente-deux heures pour tuer la vermine (seize heures en moyenne). Puis viendra le moment le plus critique : celui de l’aération. Le texte dit : « L’aération présente le plus grand danger pour les participants comme pour les non-participants. Il faut donc y procéder avec une prudence particulière et toujours en portant le masque à gaz. » Cette aération devra durer « au moins vingt heures ». Des sentinelles, pendant tout ce temps et même par la suite, doivent rester près du bâtiment.
Pour s’assurer qu’il ne reste plus de gaz, les spécialistes, toujours portant leurs masques, pénètrent dans les locaux avec une bande de papier indicateur de gaz résiduel. Vingt heures auparavant, la simple ouverture des portes et fenêtres ainsi que les débouchages faciles (cet effort n’est rien à côté du transport de milliers de cadavres !) avaient présenté un certain danger puisque, après chaque étage aéré, il leur avait fallu se rendre à l’air libre et, là, ôter leur masque pour respirer l’air frais pendant dix minutes au moins. Tout est à l’avenant et je laisse au lecteur le soin de découvrir à chaque ligne de ce document combien par comparaison sont absurdes les récits de nos faux témoins. [NdA]
__________
Document NI-9912
Richtlinen für die Anwendung von Blausaüre (Zyklon) zur Ungeziefervertilgung (Entwesung)
[Traduction de ce document]
Directives pour l’utilisation de l’acide prussique (Zyklon) en vue de l’extermination de la vermine (désinfection).
I. Propriétés de l’acide prussique
L’acide prussique est un gaz qui se dégage par évaporation. 
Point d’ébullition : 26°C. 
Point de congélation : – 15°C. 
Poids spécifique : 0,69
Le liquide s’évapore facilement. 
Liquide : limpide comme de l’eau, incolore. 
Odeur : caractéristique, douceâtre. 
Pouvoir de pénétration : extraordinairement élevé. 
L’acide prussique est soluble dans l’eau.
Risque d’explosion : 
75 g d’acide prussique par m3 d’air. (Utilisation normale : env. 8-10 g par m3 dans ce cas, non explosif). L’acide prussique ne doit pas être mis en contact avec une flamme nue, des fils métalliques incandescents, etc. Il brûle alors lentement et perd complètement son effet. (Il se forme de l’acide carbonique, de l’eau et de l’azote.)
Toxicité pour les animaux à sang chaud : 
L’acide prussique n’a presque pas d’effet avertisseur ; c’est pourquoi il est hautement toxique et hautement dangereux. L’acide prussique est un des poisons les plus violents. Il suffit d’un mg par kg de poids corporel pour tuer un homme. Les enfants et les femmes sont généralement plus sensibles que les hommes. Des quantités très faibles d’acide prussique ne sont pas nocives pour l’homme, même respirées de façon continue. Les oiseaux et les poissons sont particulièrement sensibles à l’acide prussique. 
Toxicité pour les insectes : 
L’effet de l’acide prussique sur les insectes ne dépend pas de la température autant qu’en dépend l’effet d’autres gaz ; c’est-à-dire qu’il agit aussi aux basses températures (il agit encore à – 5°C). Chez beaucoup d’insectes, particulièrement chez les punaises et les poux, les œufs sont plus sensibles que les imagos [1]
Toxicité pour les plantes : 
Le degré de toxicité dépend de l’état de végétation des plantes. Les plantes sclérophylles sont moins sensibles que les plantes à feuilles molles. Les moisissures et le bolet destructeur ne sont pas détruits par l’acide prussique. 
Les bactéries ne sont pas détruites par l’acide prussique.
II. Forme d’utilisation de l’acide prussique
Le Zyklon est le produit obtenu par l’absorption d’un mélange d’acide prussique et d’un gaz irritant dans une substance porteuse. On utilise comme substance porteuse soit des disques de fibres ligneuses, soit une masse granuleuse rouge brun (Diagriess), soit de petits cubes bleus (Erco).
Le gaz irritant a, outre son rôle de gaz d’avertissement, l’avantage de stimuler la respiration des insectes. Dégagement de l’acide prussique et du gaz irritant par simple évaporation. Le Zyklon se conserve trois mois. Utiliser d’abord les boîtes abîmées. Toujours utiliser complètement le contenu d’une boîte. L’acide prussique liquide attaque les vernis, laques, peintures, etc. L’acide prussique gazeux ne cause pas de dégâts. L’adjonction du gaz irritant ne modifie pas la toxicité de l’acide prussique ; mais elle réduit considérablement le danger.
On peut rendre le Zyklon inoffensif en le brûlant.
III. Possibilités d’intoxication
1. Intoxications légères :
Vertiges, étourdissements, maux de tête, vomissements, indispositions, etc. Tous ces symptômes se dissipent si l’on sort immédiatement à l‘air frais. L’alcool diminue la résistance lors d’une opération de gazage par l’acide prussique. Il ne faut donc pas boire d’alcool avant le gazage (Vergasung). 
Administrer : 1 comprimé de Cardiazol ou de Veriazol pour prévenir des troubles cardiaques ; le cas échéant, encore un comprimé après 2 à 3 heures.
2. Intoxications graves : 
La personne intoxiquée s’affaisse brusquement et reste sans connaissance. Premiers secours : de l’air frais, retirer le masque à gaz, desserrer les vêtements, respiration artificielle, Lobelin par voie intramusculaire 0,01 g. 
Les injections de camphre sont interdites.
[fin de la page 1 de l’original]
15-Zyklon-B-Mk-1693. Intoxications par la peau : 
Mêmes symptômes qu’au point 1. Même traitement aussi.
4. Intoxications stomacales : 
A traiter avec : Lobelin, 0,01 g par voie intramusculaire, sulfate de fer, magnésie calcinée.
IV. Protection contre le gaz
Pour les gazages au Zyklon, utiliser seulement le filtre spécial, par ex. la cartouche filtrante « J » (bleu brun) de la firme Auergesellschaft de Berlin, ou de la firme Drägerwerke de Lübeck. 
Si le gaz traverse le masque, quitter immédiatement le bâtiment et changer le filtre après avoir vérifié aussi l’étanchéité du masque et de son ajustement. La cartouche filtrante est épuisée quand du gaz traverse le masque. Avec la cartouche « J », se déplacer deux minutes environ à l’air libre afin d’obtenir un certain degré d’humidité dans la cartouche filtrante par l’air expiré.
On ne doit en aucun cas changer le filtre dans le local rempli de gaz.
V. Le personnel
Pour chaque désinfection, employer une équipe de désinfection de deux hommes au moins. C’est le chef de gazage qui est responsable du gazage. C’est à lui qu’incombent notamment l’inspection, l’aération, l’autorisation d’accès après gazage et les mesures de sécurité. Le chef de gazage doit désigner immédiatement son remplaçant pour le cas où il devrait s’en aller. Il faut suivre immédiatement les instructions du chef de gazage.
Il est interdit, pour les travaux de gazage, d’utiliser des personnes ou bien n’ayant pas suivi l’entraînement spécial ou bien ayant suivi l’entraînement mais ne possédant pas encore de certificat. Il est également interdit de faire entrer ces personnes dans des locaux emplis de gaz. Le chef de gazage doit toujours savoir où il peut atteindre ses hommes. Tous les hommes de l’équipe doivent pouvoir présenter à tout moment l’autorisation officielle qu’ils ont obtenue pour utiliser l’acide prussique en vue de la destruction des parasites.
Les présentes directives devront dans tous les cas être strictement suivies.
VI. Équipement
Chacun doit toujours avoir sur lui :
1. son propre masque à gaz ; 
2. au moins deux cartouches spéciales contre l’acide prussique-Zyklon ; 
3. la notice : « Premiers secours aux personnes intoxiquées par l’acide prussique » ; 
4. les instructions de travail ; 
5. le certificat d’agrément. 
Chaque équipe de désinfection doit toujours avoir avec elle : 
1. au moins trois filtres spéciaux comme réserve supplémentaire ;
2. un appareil de détection du gaz restant ; 
3. un nécessaire pour injections de Lobelin ; 
4. des ampoules de Lobelin de 0,01 g ;
5. des comprimés (de Cardiazol), de Veriazol ; 
6. un ouvre-boîtes à levier ou un marteau à points pour ouvrir les boîtes de Zyklon ;
7. des panneaux de signalisation du modèle prescrit ; 
8. du matériel d’étanchéisation ;
9. des feuilles de papier comme napperons d’étalement ;
10. une lampe de poche électrique. 
Toujours tenir les appareils bien propres et en ordre. Réparer immédiatement les appareils abîmés.
VII. Programme d’un gazage
1. Le gazage est-il seulement réalisable ? 
a) Type de bâtiment et situation. 
b) Nature, état du toit. 
c) Nature, état des fenêtres.
d) Présence de carneaux de chauffage, de cheminées d’aération, de brèches dans les murs, etc. 
2. Déterminer la nature des parasites à détruire. 
3. Calculer le cubage des locaux (ne pas se fier à des plans, mais mesurer soi-même. Prendre seulement les dimensions extérieures, maçonnerie incluse).
4. Préparer les gens. (A retirer [le jour venu] : animaux domestiques, plantes, nourriture, plaques photographiques non développées, tabacs et boissons, filtres de masques à gaz). 
5. Déterminer les obturations particulièrement difficiles. (Cheminées d’aération, conduits, planchéiages pour gros orifices, toits). 
6. Déterminer les mesures de sécurité adéquates. (Garde, équipe d’ouvriers pour calfeutrer.) 
7. Fixer le jour du gazage et le délai d’évacuation. 
8. Le cas échéant, faire prendre à temps des mesures de sécurité pour le voisinage.
9. Notifier aux autorités.
VIII. Préparatifs d’un gazage
1. Obturation étanche. 
2. Ouvrir totalité des portes, armoires, tiroirs, etc. 
3. Défaire les lits. 
4. Retirer les liquides à l’air libre (restes de café, eau de lavage, etc.).
[fin de la page 2 de l’original]
fumigationok15. Retirer la nourriture. 
6. Retirer plantes et animaux domestiques (aquariums, etc.). 
7. Retirer plaques et films photographiques non développés. 
8. Retirer pansements adhésifs, médicaments non emballés ou en sachets (spécialement charbon). 
9. Retirer filtres de masques à gaz.
10. Préparer le contrôle du résultat. 
11. Faire évacuer les gens. 
12. Se faire remettre les clés (toutes les clés des portes).
IX. La concentration du gaz et sa durée d’action
dépendent :
– de la nature des parasites, 
– de la température, 
– du degré de remplissage des locaux et 
– de l’étanchéité du bâtiment.
A des températures intérieures de plus de + 5°C, on prend généralement 8 g/md’acide prussique. 
Durée d’action : 16 heures à moins que des conditions particulières, une construction fermée, par ex., ne requièrent moins de temps. Quand il fait chaud, on peut descendre jusqu’à six heures. A des températures inférieures à + 5°C, allonger la durée d’action jusqu’à trente-deux heures au moins.
La concentration et la durée susmentionnées sont à observer pour : punaises, poux, puces, etc. avec œufs, larves et pupes [2]
Pour les teignes : plus de + 10°C, 16 g/met durée d’action de 24 heures. 
Mites de la farine : comme pour les punaises.
X. Gazage d’un bâtiment
1. Vérifier si tout le monde a quitté le bâtiment. 
2. Déballer les caisses de Zyklon. Pour chaque étage, préparer la quantité requise.
3. Répartir les boîtes. Un homme se rend dans le bâtiment : il y reçoit les boîtes apportées par l’équipe d’ouvriers et il les répartit. (Il les fait déposer à côté des napperons d’étalement.) 
4. Renvoyer l’équipe d’ouvriers.
5. Placer les hommes de garde ; le chef de gazage leur donne ses consignes. 
6. Vérifier qu’étanchéisation et évacuation sont complètes. 
7. Mettre l’ensemble de protection contre le gaz. 
8. Ouvrir les boîtes et déverser leur contenu. Répandre en couche mince pour que le Zyklon s’évapore rapidement et pour obtenir au plus vite la concentration en gaz nécessaire. Le traitement commence par le dernier étage ; commencer par la cave avant le rez-de-chaussée, si la cave n’a pas d’issues. Ne plus pénétrer, si possible, dans les locaux déjà traités. Le traitement s’opère lentement et calmement. Aller avec une lenteur particulière dans l’escalier. N’interrompre le traitement qu’en cas de besoin.
9. Fermer à clé la porte de sortie, la rendre étanche (ne pas oublier le trou de serrure) et remettre la clé au chef de gazage. 
10. On collera sur la porte un avis rédigé comme suit : « Attention ! Gaz toxiques. Danger de mort. Entrée interdite. » L’avis doit – si nécessaire – être rédigé en plusieurs langues. Il doit comprendre en tout cas au moins une tête de mort bien visible.
11. Ensemble de protection contre le gaz, appareils de réanimation et indicateurs de gaz résiduel doivent être à portée. Chacun des hommes de l’équipe de gazage doit savoir où se trouvent ces objets. 
12. Un homme au moins du personnel de gazage reste toujours à proximité immédiate du bâtiment soumis au gazage. Son emplacement doit être notifié à la garde.
XI. Aération
L’aération présente le plus grand danger pour les participants comme pour les non-participants. Il faut donc y procéder avec une prudence particulière et toujours en portant le masque à gaz. En principe il faut aérer de façon à pouvoir gagner l’air libre dans le plus bref délai et de façon que le gaz s’évacue d’un côté où tout risque est exclu pour les non-participants. Si l’aération est difficile, un homme ayant suivi l’entraînement spécial reste devant le bâtiment pour observer l’évacuation du gaz.
1. Veiller à ce qu’aucune personne étrangère au gazage ne se trouve aux environs du bâtiment. 
2. Disposer les sentinelles de sorte que, sans être incommodées par le gaz qui s’évacue, elles puissent néanmoins observer les accès au bâtiment.
3. Mettre le masque à gaz. 
4. Entrer dans le bâtiment. Fermer les portes mais non à clé.
5. Ouvrir d’abord les fenêtres du côté du bâtiment opposé à la direction du vent. Aérer étage après étage. Commencer par le rez-de-chaussée et faire une pause de dix minutes au moins après chaque étage. 
6. Dans chaque pièce du bâtiment, il faut ouvrir les portes donnant accès au couloir, les portes de communication entre les chambres et ouvrir aussi les fenêtres. Si l’on a des difficultés pour certaines fenêtres, on peut ne les ouvrir qu’après que la plus grande partie du gaz s’est évacuée.
[fin de la page 3 de l’original] 
Profession-femme-de-menage7. Les planchéiages et autres dispositifs d’étanchéité qui ne pourraient pas être facilement rangés peuvent n’être retirés qu’après que la plus grande partie du gaz s’est évacuée. 
8. En cas de gel et de risque de gel, veiller à ce que le chauffage et les conduites d’eau ne gèlent pas. 
9. Les chambres contenant des choses de valeur telles que garde-robes, etc., peuvent être refermées à clé dès que les fenêtres sont ouvertes.
10. Bloquer fenêtres et portes pour qu’elles ne se referment pas d’elles-mêmes.
11. Les obturateurs étanches des cheminées seront enlevés après la levée provisoire de l’interdiction d’accès.
12. L’aération doit durer au moins vingt heures. 
13. La garde doit rester près du bâtiment pendant toute la durée de l’aération.
XII. Levée provisoire de l’interdiction d’accès
Un local qui a été gazé peut redevenir provisoirement accessible dès que la bande de papier indicateur de gaz résiduel prend – les fenêtres et portes étant ouvertes – une coloration d’un bleu plus pâle que le milieu de l’échelle colorimétrique de référence. Dans les locaux provisoirement accessibles, on ne peut procéder qu’à des travaux d’aération et d’aménagement. En aucun cas on ne peut s’y reposer ou dormir. Fenêtres et portes doivent rester constamment ouvertes.
XIII. Travaux de rangement après la levée provisoire de l’interdiction d’accès 
1. Enlever les restants de Zyklon des locaux qui ont été gazés. Il faut en général – comme pour les boîtes et caisses – les renvoyer à l’usine. Avant de les renvoyer des locaux qui ont été gazés, retirer des caisses l’inscription « Poison ». Les restants humides, mouillés ou salis, ainsi que les boîtes abîmées, ne peuvent en aucun cas être renvoyés. On peut les jeter aux ordures ou sur le crassier, mais il ne faut jamais les vider dans des eaux courantes. 
2. Matelas, paillasses, coussins, meubles rembourrés ou autres objets semblables : les secouer ou les battre pendant une heure au moins dans le vestibule, sous la surveillance du chef de gazage ou de son représentant.
3. Si c’est possible, renouveler le rembourrage des paillasses. Mais le vieux rembourrage n’aura pas à être brûlé ; on pourra le réutiliser après l’avoir encore aéré. 
4. Si les cheminées ont été obturées en haut, il faut retirer soigneusement ce qui les obture, sinon le danger existe qu’il n’y ait pas assez de tirage pour le feu dans les poêles et les cuisinières, ce qui provoquerait des intoxications par l’oxyde de carbone.
5. Après la levée définitive d’interdiction d’accès, rédiger un rapport de gazage en double exemplaire selon le modèle prescrit. Doivent notamment y figurer : 
a) le cubage qui a été gazé, 
b) la quantité de Zyklon utilisée,
c) le nom du chef de gazage, 
d) les noms des autres membres du personnel, 
e) la durée d’action du gaz, 
f) le jour et l’heure d’autorisation d’accès aux locaux désinfectés.
XIV. Levée définitive d’interdiction d’accès
1. En aucun cas moins de vingt et une heures après le début de l’aération. 
2. Rapporter dans la pièce tous les objets qu’on avait sortis pour les battre. 
3. Fenêtres et portes seront fermées pendant une heure. 
4. Dans les locaux chauffables, la température doit être portée au moins à 15°C. 
5. Détection du gaz résiduel. Même s’il est placé entre des couvertures superposées, entre des matelas superposés et dans des locaux difficiles d’accès et difficiles à aérer, le papier indicateur ne doit pas être d’un bleu plus prononcé que le degré le plus clair de l’échelle colorimétrique de référence. Si ce n’est pas le cas, il faudra continuer l’aération et recommencer le contrôle du gaz résiduel après quelques heures. 
6. Dans des bâtiments à réutiliser le plus rapidement possible pour y dormir, procéder au contrôle du gaz résiduel dans chaque pièce séparément. En aucun cas, on ne pourra dormir, pendant la nuit qui suit le gazage, dans une pièce qui a été gazée. Les fenêtres doivent toujours rester ouvertes pendant la première nuit où l’on réutilisera la pièce. 
7. Le chef de gazage ou son représentant ne peut pas quitter le bâtiment avant que la levée définitive d’interdiction d’accès n’ait été accordée jusqu’à la dernière pièce.
Publié par l’Institut d’Hygiène du Protectorat de Bohême-Moravie à Prague.
[fin de la page 4 et dernière de l’original]
[1] Un imago est un insecte adulte n’ayant plus à subir aucune mue.
[2] Une pupe est l’enveloppe lymphale des insectes, et, plus particulièrement, des diptères.
Robert Faurisson – Ecrits révisionnistes – 1977 – Source
Publicités
Cet article a été publié dans Robert Faurisson, Shoah. Ajoutez ce permalien à vos favoris.