Les talmudistes derrière la Commune de Paris (1871)

Commune_de_Paris_24_mai_incendie_de_l'Hotel_de_VilleOn sait aujourd’hui que des fonds considérables, venus de Londres, ont été distribués aux insurgés pendant le règne de la Commune.
De Londres, où il était en sûreté, Karl Marx dirigeait tout, et c’est à cette intelligence redoutable que nous devons le triste honneur d’avoir vu se débattre chez nous, à coups de fusil, la question économique.
C’est en France que le mouvement doit être essayé, avait dit Jacobi ; hors de là il avortera. Avec son puissant esprit d’organisation, Karl Marx, bien que trouvant le moment mal choisi et mal préparé, essaya de réglementer la marche de l’insurrection.
La lutte entre le comité et la Commune nous sauva du désastre. Bien que victorieux, le comité, empêtré de Rossel et ensuite de Delescluze, ne put exécuter les ordres venus de Londres et d’Allemagne.
Ce ne sera pas une chose de médiocre intérêt que la publication de ces documents, qui sont tout entiers en mains sûres, et qui jetteront un jour nouveau sur la coalition du banditisme européen.
Les vrais chefs du complot, c’étaient Karl Marx, Jacobi, Diebneck et le Russe Tonatchin. C’est à ce dernier et à Jacobi que l’on doit l’idée de brûler Paris ; c’est à Karl Marx que nous devons l’organisation de l’Internationale et le plus clair de la demi-organisation des bandits cosmopolites qui ont envahi la capitale de la France.
Le crime a été un crime international. Les représailles doivent être universelles.
Sus aux incendiaires de Paris, mais sus aussi à leurs chefs. Nous savons que, du fond de leur repaire de Londres, les grands lamas de l’Internationale dressent de nouvelles listes de proscriptions, préparent de nouvelles troupes. Nous savons qu’avant six mois Lyon, Marseille, Barcelone, Turin, Rome, Naples, Vienne, Berlin, Moscou, l’Irlande, l’Espagne et les provinces danubiennes doivent être en feu. — Quel qu’en soit le danger, nous ne cesserons d’avertir les gouvernements : c’est à eux de veiller.
Mgr Gaume – Où en sommes-nous ? (1871)
Publicités
Cet article a été publié dans Commune 1871, Communisme, Franc-maçonnerie, Judaïsme, Mgr Gaume, Révolutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.