Les protestants ont aussi besoin d’un Pape

56653398Tout homme qui dit : je crois à la Bible mais je ne crois pas au Pape, ne sait ce qu’il dit. Il se ment à lui même et vit d’inconséquence.
Le jour où il n’en vivra plus, il sera athée ou Catholique. En attendant, il ne vit pas, il végète. Ainsi, le protestant peut nier la personnalité du Pape, mais, bon gré, malgré, il est forcé d’admettre le principe du Pape.
Il y a mieux. Cette nécessité du Pape, pour rester chrétien, est tellement implacable, que nul n’est aussi papiste que le protestant. Le catholique ne reconnaît qu’un seul Pape, évêque de Rome. Le protestant ne se contente pas de si peu. Il a autant de papes qu’il a de ministres, de rois ou de reines ; autant qu’il a lui même, dans le cours d’une journée, d’affirmations religieuses. Il a toujours un pape avec lui ; il est même son Pape. […]
Le Pape catholique ne varie jamais. L’essence des papes protestants est de varier toujours.
Jamais ils ne sont d’accord entre eux ni avec eux-mêmes. En voulez-vous la preuve ? Regardez la myriade de sectes dans lesquelles ils ont morcelé le dogme chrétien. C’est au point que tout ce qui reste aujourd’hui de croyances communes parmi les protestants, pourrait, dit un de leurs ministres, s’écrire sur l’ongle du pouce.
Par sa nature ce principe de division tend au morcellement infini. Qui l’empêche d’y arriver? C’est encore le Pape. Pourquoi ? Parce que le Pape est une affirmation et tant qu’une affirmation existe, la négation ne peut être complète.
Tenez ceci pour certain : sans l’action indirecte du Pape sur les pays protestants, c’est-à-dire sans l’influence permanente de l’affirmation catholique dans le monde baptisé, il y a longtemps que les derniers vestiges de vérité chrétienne, et avec eux, les derniers élément de civilisation, auraient disparu des nations hétérodoxes.
Mgr Gaume – A quoi sert le Pape (1861)
Publicités
Cet article a été publié dans Doctrine, Mgr Gaume, Papauté, Protestantisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.