Le schisme, c’est le déshonneur et la mort

KMO_076192_00515_1_n
L’Eglise « orthodoxe » schismatique aux ordres de Poutine (ou de Krouchtchev, de Lénine, du Tsar,…)
Un schisme est un grand péché et une grande sottise. C’est la séparation d’avec le Pape, Chef de l’Eglise ; et par conséquent la séparation d’avec l’Eglise, société de Dieu ; et par conséquent la séparation d’avec Dieu même
Le schisme est la révolte d’un certain nombre de chrétiens, ecclésiastiques ou laïques, contre l’autorité légitime de l’Eglise et de son Chef. C’est un péché mortel de premier ordre, et les Princes, les Evêques, les prêtres et les laïques qui s’en rendent coupables auront à rendre au tribunal de Jésus-Christ un compte d’autant plus terrible que presque toujours ce crime de haute trahison catholique est suivi du crime d’hérésie plus grave encore : la désobéissance a pour salaire l’apostasie de la foi. La Grèce, la Russie, la Suède, la Prusse, l’Angleterre ont été, par le schisme, jetées dans l’hérésie.
Une Eglise schismatique, c’est-à-dire séparée du pape et de l’Eglise universelle, tombe immédiatement sous le joug des puissances de ce monde, et s’avilit bientôt dans une honteuse servitude. Elle perd toute sève religieuse, toute son autorité morale, toute sa force, toute sa doctrine.
Elle devient, entre les mains du pouvoir, un instrument servile et méprisé; et trop souvent son ministère n’est qu’une succursale de la police. On appelle cela une Eglise nationale ; et un clergé ravalé de la sorte a le bonheur de posséder une Constitution civile.
954670_278354115636340_1816500930_n
La secte moderniste : une Eglise schismatique aux ordres de l’ONU maçonnique
Pauvres Eglises nationales et pauvres constitutions civiles du clergé ! Vous êtes trop pitoyables pour que nous vous redoutions, trop absurdes pour que nous songions à  vous réfuter ! Membres vivants de la sainte Eglise de Dieu, nous voulons toujours vivre de sa vie, ne faire qu’un avec elle et avec le Christ, et demeurer inviolablement unis au Souverain Pontife, qui est le centre de l’unité chrétienne, le seul docteur qui ne s’égare jamais, l’Evêque universel de tous les enfants de Dieu ! Le schisme, c’est la mort, c’est le déshonneur; et nous n’en voulons pas !
Mgr de Ségur – L’Eglise (vers 1870)
Publicités
Cet article a été publié dans Mgr de Ségur, Schismatiques. Ajoutez ce permalien à vos favoris.