Davila, le réactionnaire authentique (1)

ngd-in library (1)(p 13) L’humanité est d’une étonnante indifférence envers tout ce qui ne menace pas son existence mais se contente de la salir ou de la dégrader.
(p 48) L’enthousiasme débordant du public pour un film idiot suffit à guérir n’importe qui de ses utopies réformistes. 
(p 51) La dignité et l’amour sont inversement proportionnels.
(p 79) L’humanité va de la médiocrité à l’horreur et de l’horreur à la médiocrité.
(p 117) Le récit intelligent de la défaite est la subtile victoire du vaincu.
(p 152) L’effet immédiat et spontané de la prière est la conscience de notre insignifiance. Cela suffit à la rendre précieuse.
(p 221) Comme les dents de lait, il y a les idées de lait. A quel âge commençons-nous à les perdre ?
(p 332) Dans le brouhaha de la fête, celui qui se respecte se tait.
(p 335) Une doctrine sévère et une pratique aimable, voilà non la formule de l’hypocrisie, mais le secret de toute civilisation ancienne, riche, mûre.
(p 339) La méditation est notre prise de possession du monde.
Nicolas Gomez Davila – NOTAS (1954)
Cet article a été publié dans Contrerévolution, Méditations, Nicolas Gomez Davila. Ajoutez ce permalien à vos favoris.