La guerre ouverte contre Dieu

Croix communiste[5] Profitant d’un si grand malaise économique et d’un si grand désordre moral, les ennemis de tout ordre social, quel que soit leur nom : communistes ou autres – et cela est le mal le plus redoutable de notre temps – s’emploient avec audace à rompre tout frein, à briser tout lien imposé par une loi divine ou humaine, à engager, ouverte ou sournoise, la lutte la plus acharnée contre la religion, contre Dieu même, en exécutant ce programme diabolique : bannir du coeur de tous, même des enfants, toute idée et tout sentiment religieux, car ils savent fort bien qu’une fois enlevée du coeur des hommes la foi en Dieu, ils pourront faire tout ce qu’ils voudront.
Et ainsi, nous voyons aujourd’hui ce qui ne se vit jamais dans l’histoire : le drapeau de la guerre satanique contre Dieu et contre la religion effrontément déployé par la rage abominable des impies à travers tous les peuples et dans toutes les parties de l’univers.
[6] Il n’a jamais manqué de méchants ; il n’a même jamais manqué de négateurs de Dieu : mais ceux-ci étaient relativement peu nombreux, isolés, et constituant des exceptions ; ils n’avaient pas l’audace ou ne croyaient pas opportun de révéler trop ouvertement leur mentalité impie, ainsi que semble vouloir insinuer lui-même l’auteur des Psaumes quand il s’écrie : L’insensé dit dans son coeur : Il n’y a pas de Dieu !  L’impie, l’athée, individualité au milieu de la multitude, nie Dieu, son Créateur, mais dans le secret de son coeur.
Aujourd’hui, au contraire, l’athéisme a déjà pénétré dans de larges masses humaines : avec ses organisations, il s’insinue aussi dans les écoles populaires, se manifeste au théâtre, et utilise, pour une plus large diffusion, les inventions les plus récentes, films cinématographiques, phonographe, concerts et conférences radiophoniques ; il a ses librairies à lui ; il imprime des opuscules dans toutes les langues, organise des cortèges publics, des expositions de documents et monuments de son impiété. Bien plus, il a constitué des partis politiques à lui, des formations économiques et militaires à lui.
L’infernale propagande de l’athéisme
Cet athéisme organisé et militant travaille inlassablement par l’organe de ses agitateurs, au moyen de conférences et d’images, avec tous les procédés de propagande occulte et ouverte dans toutes les classes, sur toutes les voies publiques ; il donne à cette activité néfaste l’appui moral de ses propres Universités et enlace les imprudents dans les liens puissants de ses fortes organisations. À voir tant d’activité mise au service d’une cause détestable, il Nous vient en réalité spontanément à l’esprit et aux lèvres la plainte attristée du Christ : Les enfants de ce siècle sont plus habiles entre eux que les enfants de la lumière.
[7] De plus, les chefs de toute cette campagne d’athéisme, tirant parti de la crise économique actuelle, cherchent avec une dialectique infernale à faire croire aux masses que Dieu et la religion sont la cause de cette misère universelle. La Croix sainte de Notre-Seigneur, symbole d’humilité et de pauvreté, se trouve associée aux symboles de l’impérialisme moderne, comme si la religion était alliée à ces forces ténébreuses qui produisent tant de maux parmi les hommes. Ils essayent ainsi, et non sans succès, d’unir la lutte contre Dieu avec la lutte pour le pain quotidien, avec le désir de posséder en propre un coin de terre, d’avoir des salaires convenables, des habitations décentes, en somme une condition de vie digne de l’homme.
MUSEE ET TEMPLE DU GRAND ORIENT DE FRANCE FRANC MACONNERIEPour comble de malice, les aspirations les plus légitimes et les plus nécessaires comme les instincts les plus brutaux, tout sert à leur programme antireligieux, comme si les lois éternelles promulguées par Dieu étaient en opposition avec le bien de l’humanité, et comme s’il n’en était pas, au contraire, le seul protecteur sûr ; comme si les forces humaines, même avec les moyens de la technique moderne, étaient capables d’introduire contre la volonté du Dieu tout-puissant un ordre de choses nouveau et meilleur.
[8] Hélas ! tant de millions d’hommes, croyant lutter pour l’existence, s’attachent à de telles théories dans un renversement total de la vérité, et vocifèrent contre Dieu et la religion. Et ces assauts ne sont pas dirigés seulement contre la religion catholique, mais aussi contre quiconque reconnaît Dieu comme Créateur du ciel et de la terre et comme Maître absolu de toutes choses.
Quant aux sociétés secrètes, toujours prêtes à soutenir les ennemis de Dieu et de l’Église, quels qu’ils soient, elles ne manquent pas de raviver toujours davantage cette haine insensée, qui ne peut donner ni la paix ni le bonheur, mais qui conduira certainement à la ruine.
[9] Ainsi, cette nouvelle forme d’athéisme, tandis qu’elle déchaîne les plus violents instincts de l’homme, proclame avec une cynique impudence qu’il n’y aura ni paix ni bien-être sur terre tant que ne sera pas arraché jusqu’au dernier reste de religion, et supprimé son dernier fidèle. Comme s’ils croyaient pouvoir étouffer l’admirable concert dans lequel la créature chante la gloire du Créateur.
[10] Nous savons parfaitement, Vénérables Frères, que tous ces efforts sont vains et qu’à l’heure fixée par lui Dieu se lèvera et ses ennemis seront dissipés ; nous savons que les portes de l’enfer ne prévaudront pas ; nous savons que notre divin Rédempteur, comme il l’a prédit lui-même, frappera la terre de la verge de sa bouche et par le souffle de ses lèvres fera mourir le méchant et que surtout terrible sera pour ces malheureux l’heure où ils tomberont dans les mains de Dieu vivant.
Pape Pie XI – Encyclique Caritate Christi Complusi (1932)
Publicités
Cet article a été publié dans Athéisme, Communisme, Papes, Pie XI. Ajoutez ce permalien à vos favoris.