Méditation sur l’Enfer

Image Enfer 7 grande
Durée de la méditation : 20 minutes
65 L’oraison préparatoire, comme à l’ordinaire.
Le premier prélude est la composition de lieu, qui consiste, dans cette méditation, à voir des yeux de l’imagination la longueur, la largeur et la profondeur de l’enfer.
Le second est la demande de la grâce que l’on veut obtenir. Ici je demanderai le sentiment intérieur des peines que souffrent les damnés, afin que, si mes fautes me faisaient jamais oublier l’amour du Seigneur éternel, du moins la crainte des peines m’aidât à ne pas tomber dans le péché.
66 Dans le premier point, je verrai des yeux de l’imagination ces feux immenses, et les âmes des réprouvés comme enfermées dans des corps de feu.
67 Dans le deuxième, j’entendrai, à l’aide de l’imagination, les gémissements, les cris, les clameurs, les blasphèmes contre Jésus-Christ Notre-Seigneur et contre tous les Saints.
68 Dans le troisième, je me figurerai que je respire la fumée, le soufre, l’odeur d’une sentine et de matières en putréfaction.
69 Dans le quatrième, je m’imaginerai goûter intérieurement des choses amères, comme les larmes, la tristesse, le ver de la conscience.
70 Dans le cinquième, je toucherai ces flammes vengeresses, m’efforçant de comprendre vivement comment elles environnent et brûlent les âmes des réprouvés.
71 Faisant un colloque avec Jésus-Christ Notre-Seigneur, je me rappellerai combien d’âmes sont en enfer: les unes parce qu’elles n’ont pas cru à la venue du Sauveur, les autres parce qu’en y croyant elles n’ont pas agi selon ses commandements; partageant ces âmes en trois classes: la première, celles qui se sont perdues avant sa venue; la deuxième, pendant sa vie; la troisième, après sa vie en ce monde. Je lui rendrai grâces de ne m’avoir laissé tomber par la mort dans aucune de ces classes; me rappelant, au contraire, comment j’ai toujours été jusqu’ici l’objet de sa grande compassion et de sa grande miséricorde; et je terminerai en récitant le Notre Père.
72 Le premier exercice se fera au milieu de la nuit; le deuxième, le matin, aussitôt après le lever; le troisième, avant ou après la Messe, mais toujours avant le dîner; le quatrième, à l’heure des vêpres; le cinquième, une heure avant le souper. Ce règlement, tel ou à peu près tel que nous venons de l’indiquer, est le même pour les quatre semaines, autant que l’âge, la disposition et les forces de la personne qui fait les exercices lui permettront d’en faire cinq, ou l’obligeront d’en diminuer le nombre.
Saint Ignace de Loyola – Exercices Spirituels (XVIè siècle)
Advertisements
Cet article a été publié dans Enfer, Méditations, Saint Ignace de Loyola, Saints. Ajoutez ce permalien à vos favoris.