Luther ridiculisé… par ses proches et par lui-même !

The Life and Times of Martin Lut149Que devons-nous penser des chefs de la réforme et de leurs doctrines ? Cette question est simple puisque la réponse nous est donnée par les auteurs protestants et les chefs de la réforme eux-mêmes :
_______________
« La vie de Luther, après son apostasie, ne fut autre que celle d’un libertin tout occupé des plaisirs de la table et de brutales jouissances ; si bien qu’il était passé en proverbe, lorsqu’on voulait se permettre quelque débauche, de dire : « Aujourd’hui nous vivrons à la Luther. » »
Bénédikt Morgenstern (écrivain protestant) — Traité de l’Eglise, p. 21
_______________
« Véritablement Luther est fort vicieux ; plût à DIEU qu’il eût pris soin de réprimer davantage son incontinence ! Plût à Dieu qu’il eût songé davantage à reconnaître ses vices ! »
Jean Calvin
_______________
« Quand je lis un livre de Luther, il me semble voir un pourceau immonde grogner en flairant par-ci par-là les fleurs d’un beau jardin ; c’est avec la même impureté, la même ignorance de la théologie, la même inconvenance, que Luther parle de DIEU et des choses saintes. »
Ulrich Zwingle — Oeuvres, tom. III, p. 474.
_______________
La mère de Mélanchton, un des plus fameux disciples de Luther, avait été entraînée par son fils, et l’avait suivi dans la prétendue réforme luthérienne. Sur le point de mourir, elle fit appeler le réformateur, et, dans ce moment suprême, elle l’interrogea solennellement: « Mon fils, lui dit-elle, c’est par votre conseil que j’ai abandonné l’Eglise catholique pour embrasser la religion nouvelle. Je vais paraître devant Dieu, et je vous adjure, par le Dieu vivant, de me dire, sans rien me cacher, dans quelle foi je dois mourir« . Mélanchton baissa la tête et garda un moment de silence; l’amour du fils luttait en son coeur contre l’orgueil du sectaire. « Ma mère, répondit-il enfin, la doctrine protestante est plus facile, la doctrine catholique est plus sûre ! »
Rapporté par J-M Vincent Audin —  Histoire de la vie, des écrits des doctrines  de Martin Luther, t. III, p. 288.
_______________
‘Luther, après avoir copieusement soupé, s’était couché de joyeuse humeur… Mais se réveillant ensuite, il fut pris d’épouvante, et se pendit ‘au moyen d’un noeud coulant’ . De là les symptômes relevés par les médecins. les prédicants accourus ne purent que constater le fait. Ils firent jurer à tous les familiers de ne pas le divulguer, ‘pour l’honneur de l’Evangile’.
Raconté à Thomas Bozio, confident d’un des domestiques de Luther lorsque ce dernier racontait la nuit du 17 au 18 février (1546),
_______________
Luther sur lui-même :
 » Combien de fois ma conscience n’a-t-elle pas été alarmée ! Combien de fois ne me suis-je pas dit à moi-même : « Prétends-tu être le seul de tous les hommes qui soit sage ? » prétends-tu que tous les autres se soient trompés pendant une si longue suite d’années ? «  (Tom. II, f. 9, b).
_______________
 » Après avoir vaincu toutes les autres considérations, je n’ai pu vaincre qu’avec beaucoup de peine celle qui dit qu’il faut écouter l’Eglise. «  (Tom. II, f.5).
_______________
« Je ne suis pas assez hardi, disait-il, pour oser assurer que c’est au nom de Dieu que j’ai commencé toute cette affaire;  je ne voudrais pas sur cela soutenir le jugement de Dieu.«  (Tom. I, f. 564, b.)
_______________
« La bibliothèque du couvent dominicain de Sainte-Marie-sur-Minerve, à Rome, possède, parmi de nombreux et précieux manuscrits, une curieuse lettre de Luther adressée à sa vieille mère. La pauvre femme, qui ne voulait pas accuser son fils et qui redoutait de se voir séparée de lui pour l’éternité, lui ayant demandé, « si elle devait changer de religion et adopter ses opinions nouvelles », l’orgueilleux saxon ne consentit pas à entraîner dans son naufrage celle qui l’aimait tant, et il lui répondit: « Non ; restez catholique ; car je ne veux ni tromper ni trahir ma mère. »
Mgr de Ségur — Causeries sur le protestantisme d’aujourd’hui (1894)
_______________
« Je suis satanisé, insatanisé, sursatanisé, […] il faut absolument désespérer du salut de mon âme.
Luther in Hospinien, Hist. des sacrem., t. II, p. 187)
_______________
« Il est rare que j’aie le temps d’achever la récitation de l’office quotidien ou de dire la messe.‘‘
P.F. O’Hare — The Facts about Luther (1987)
_______________
« Je suis ici du matin au soir inoccupé et ivre ». Ou bien: « Tu me demandes pourquoi je bois si abondamment, pourquoi je parle si gaillardement et pourquoi je ripaille si fréquemment ? C’est pour faire pièce au diable qui s’était mis à me tourmenter. » Ou encore : « C’est de boire, de jouer, de rire, en cet état, d’autant plus fort, et même de commettre quelque péché en guise de défi et de mépris pour Satan, de chercher à chasser les pensées suggérées par le diable à l’aide d’autres idées, comme par exemple en pensant à une jolie fille, à l’avarice ou à l’ivrognerie, ou bien se mettre dans une forte colère. »
Luther cité par Marie Carré — J’ai choisi l’unité (1973)
_______________
En 1525, Luther écrit: « J’ai eu jusqu’à trois épouses en même temps« . Deux mois après ce prêtre se marie pour de bon avec une quatrième femme, une religieuse. » (Guy Le Rumeur, La révolte des hommes et l’heure de Marie, 1981, cité in Daniel Raffard de Brienne, ibid., p.4).
 _______________
« Bien boire et bien manger est le vrai moyen d’être heureux ! »
Luther — Propos de table (ouvrage respirant le cynisme que l’on trouve encore dans quelques librairies mal famées sur la liste des ouvrages obscènes).
_______________
 Compilation faite par Nicolas, un lecteur du blog, à partir de ces liens :
http://www.christ-roi.net/index.php/Protestantisme
http://www.christ-roi.net/index.php/Luther
Cet article a été publié dans 7 - Ennemis de Dieu, Mgr de Ségur, Mgr Gaume, Protestantisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.