Le triste destin des femmes carriéristes

Anne Lauvergeon, chief executive of France's nuclear reactor maker Areva, arrives at the company's 2009 annual results presentation in ParisLes femmes qui ont eu beaucoup d’enfants, passent naturellement et sans effort du soin des enfants à celui des petits-enfants. Elles deviennent des mamies véritables, bien nécessaires et très aimées.
Celles qui ont une profession, en général, ont peu de petits-enfants et, lorsqu’elles en ont, sont incapables de leur consacrer beaucoup de temps. Elles doivent travailler jusqu’à la retraite. Elles croient que leur retraite est la seule garantie d’avoir des moyens suffisants dans leur vieillesse.
Généralement, elles comprennent finalement que d’avoir un grand nombre d’enfants et de petits-enfants aurait été une meilleure garantie, mais elles le constatent trop tard, alors qu’il n’est plus possible d’avoir des enfants ou plus d’enfants et que le contact affectif avec les enfants et petits-enfants actuels n’existe pas.
Ce qui reste est une maison de retraite dont le confort dépend du montant de la pension de retraite, lequel, à cause de l’inflation et des changements démographiques, peut s’avérer bien inférieur à ce qu’il paraissait être à l’origine.
Dans la maison de retraite, le sexe du pensionnaire n’a plus aucune signification. L’égalité de genre avec les hommes ne donnera aucune satisfaction. En tout cas, les femmes vivent généralement plus longtemps que les hommes ; dans les maisons de retraite elles sont perpétuellement en compagnie de femmes et attendent avec nostalgie que quelqu’un vienne leur rendre visite.
Mais la progéniture manque ou le lien affectif avec elle fait défaut ; les collègues de travail sont décédés ou semblablement encagés dans des maisons de retraite, et les anciens subordonnés gardent rarement, voire jamais, un souvenir suffisamment agréable pour venir vous rendre visite.
A ce stade le féminisme n’a plus aucune valeur, mais il n’y a personne avec qui partager cette sagesse tardivement acquise.
Maciej Giertych – Inégalité des sexes (2008)
Publicités
Cet article a été publié dans Economie / Social, Education, Féminisme, Maciej Giertych. Ajoutez ce permalien à vos favoris.