Il y aura toujours des guerres !

croisadeLa guerre est une conséquence du péché originel. Il y aura donc toujours des guerres. Le « plus jamais de guerre » de Paul VI est une utopie pacifiste. « Si vis pacem, para bellum », disaient les anciens Romains : Si tu veux la paix, prépare la guerre ! Paroles de sagesse, que l’Ecriture Sainte corrobore et Saint-Augustin, écrivant au Préfet Boniface : « On ne recherche pas la paix pour faire la guerre : mais on fait la guerre pour acquérir la paix. Tout en combattant, sois donc pacifique, de manière à conduire ceux que tu combats au bien de la paix, en les vainquant » (Lettre 189).
La guerre défensive est généralement juste car il s’y rencontre toujours la première des conditions requises : la cause juste. « Les guerres justes, dit Saint-Augustin, par définition sont celles qui vengent les injustices, châtient une nation ou une cité qui a négligé de punir ce qui a été commis malhonnêtement par les siens, ou la contraignent de restituer ce qu’elle a ravi injustement. ».
Mais certaines guerres offensives sont également justes, ce sont d’abord les guerres entreprises pour la foi catholique, sa défense ou sa libre expansion. L’Eglise a canonisé de nombreux soldats, tels Saint-Maurice et Saint-Sébastien dans l’Empire Romain. Elle a aussi canonisé des hommes d’Eglise qui prêchèrent les guerres offensives de la Chrétienté du Moyen-Age : le bienheureux Pape Urbain II qui appela à la première Croisade, Saint-Bernard qui prêcha la seconde, Saint Louis qui mena la 7è et la 8è Croisade. Plus tard, Sainte Jeanne d’Arc, inspirée par Dieu, combattit « pour la foi et la patrie ».
Il y a des guerres offensives justes qui échouèrent finalement, détournées de leur but. La conquête de l’Algérie (1830-1847) réussit à purger la Méditerranée des pirates qui l’infestaient, mais elle échoua en définitive, car dès le début, la conversion des musulmans fut empêchée par le gouvernement maçonnique français. Les honteux accords d’Evian sont le fruit d’une Croisade manquée.
Il y a aussi des guerres offensives qui auraient été justes : menées pour délivrer des nations d’un joug injuste et impie, mais qui n’eurent pas lieu, par lâcheté, ou à cause de la connivence des grandes puissances retenues en sous-main par la franc-maçonnerie. En 1956, 11 ans après la fin de la guerre mondiale, la Hongrie tente de se libérer du joug communiste, mais elle est envahie tout à fait par les chars soviétiques. Le Pape Pie XII fait alors un appel pathétique aux nations encore libres, pour venir au secours des Hongrois :
« La parole du Seigneur à Caïn : « la voie du sang de ton frère crie vers moi sur la Terre » se vérifie encore aujourd’hui : le sang du peuple hongrois crie vers Dieu. ET si le juste juge ne punit souvent les individus de leurs péchés qu’après la mort, il frappe parfois dès cette vie – l’histoire le prouve – les gouvernants qui ont fait subir aux autres l’injustice. Daigne donc le très miséricordieux Rédempteur, Nous l’en supplions, toucher le cœur des responsables, afin qu’il soit enfin mis un terme à l’injustice. »
Smash redLe Pape insiste et 5 jours après l’Encyclique, le 10 novembre 1956, dans un radio-message au monde, il invite tous les peuples libres à une véritable Croisade, « en faisant passer, même au prix de sacrifices graves, tout autre problème et tout intérêt particulier après l’intérêt primordial et fondamental des millions de vies humaines réduites à l’esclavage. Que l’on resserre bientôt les rangs et que l’on groupe en un pacte solide tous ceux qui, gouvernements et peuples, veulent que le monde suive le sentier de l’honneur et de la dignité des fils de Dieu ; un pacte capable aussi de défendre efficacement tous ses membres de toute attaque injuste contre leurs droits et leur indépendance. »
Pie XII n’ayant pas été écouté, le communisme « intrinsèquement pervers », selon l’expression de Pie XI, voyant que la Hongrie n’était pas efficacement défendue, dévora un pays après l’autre, en particulier en Afrique…
Il y a enfin des guerres offensives qui sont déclarées « justes » par les médias de l’univers entier, mais qui ne sont menées que par l’intérêt financier des grandes puissances (ex : Guerre du Golfe), tandis que celles-ci refusent de secourir le combat des chrétiens libanais écrasés par l’Islam…
Abbé Marziac – Précis de doctrine sociale pour chefs d’Etats (1991)
Publicités
Cet article a été publié dans Abbé Marziac, Algérie Française, Communisme, Croisades, Doctrine, Pie XII, Saint Augustin, Saint Bernard de Clairvaux, Saint Louis, Sainte Jeanne d'Arc, Saints, Urbain II. Ajoutez ce permalien à vos favoris.