Il ne peut y avoir qu’une seule vraie Religion !

Christian defenseSi je vous demandais : Peut-il être vrai, à Constantinople, que deux et deux font quatre, et également vrai, à Paris, que deux et deux ne font pas quatre ? Peut-il être vrai, à Constantinople, qu’il y a un Dieu, et également vrai, à Paris, qu’il n’y a point de Dieu ? Peut-il être vrai, à Constantinople, que Dieu a créé l’homme, et également vrai, à Paris, que Dieu n’a pas créé l’homme ? Peut-il être vrai, à Constantinople, qu’entre Dieu créateur de l’homme et l’homme créature de Dieu, il y a des rapports de supériorité d’une part, d’infériorité de l’autre, que ces rapports entraînent certains devoirs de la part de l’homme ; et également vrai, à Paris, qu’entre Dieu créateur de l’homme et l’homme créature de Dieu, il n’y a ni rapports de supériorité d’une part, ni d’infériorité de l’autre, ni aucuns devoirs résultant de ces rapports ?
Peut-il être vrai, à Constantinople, que l’homme est obligé de croire en Dieu, d’espérer en lui, de l’aimer, de le servir, comme Dieu l’entend ; et également vrai, à Paris, que l’homme n’est obligé ni de croire en Dieu, ni d’espérer en lui, ni de l’aimer, ni de le servir, comme Dieu l’entend, ni même de le servir aucunement ? Peut-il être vrai, à Constantinople, que l’homme a une âme immortelle, qu’il y a un jugement après la mort, un enfer et un paradis éternels ; et également vrai, à Paris, que l’homme n’a point d’âme immortelle, qu’il n’y a ni jugement après la mort, ni enfer ni paradis éternels ? Si je vous faisais toutes ces questions et d’autres semblables, que répondriez-vous ? Vous me répondriez : La vérité est une et ne peut changer avec les degrés de longitude ; ce qui est vrai à Constantinople, ne peut être faux à Paris, et réciproquement.
S’il en était autrement, il faudrait dire que le oui et le non sont une seule et même chose ; et que Dieu tient à l’homme ce langage révoltant : Que la vérité existe ou non, que t’importe ? elle n’existe pas pour toi. Ton devoir est d’obéir aveuglément à tous les fourbes qui se diront envoyés de Dieu ; quelque erreur qu’ils enseignent, tu dois l’admettre ; quelque culte qu’ils établissent, tu dois le pratiquer sincèrement. Le sort t’a-t-il fait naître dans une contrée païenne? adore les dieux de ton pays ; sacrifie à Jupiter, à Mars, à Priape, à Vénus ; initie pieusement tes filles aux mystères de la bonne déesse. Tu rendras, en Egypte, les honneurs divins aux crocodiles sacrés et au dieu Apis ; chez les Phéniciens, tu offriras tes enfants à Moloch ; au Mexique, tu prendras les armes pour conquérir des victimes humaines à l’affreuse idole qu’on y révère ; ailleurs, tu te prosterneras humblement devant un tronc d’arbre, devant des pierres, des plantes, des débris d’animaux, restes impurs de la mort. As-tu vu le jour à Constantinople? répète du fond du coeur : Dieu est Dieu, et Mahomet est son Prophète. A Rome tu mépriseras ce même Mahomet comme un imposteur. »
Si je vous demandais encore : Ce qui est vrai aujourd’hui peut-il être faux demain, après-demain, dans cent ans, dans mille ans ? ou bien ce qui était vrai hier, pouvait-il être faux avant-hier, il y a cent ans, il y a mille ans ? Vous répondriez de nouveau : « La vérité est une, elle ne change pas avec les années. Ce qui était vrai au premier jour du monde, sera encore vrai au dernier. »
Telle serait votre réponse, telle serait la réponse de tout enfant assez instruit pour lier deux idées, et cette réponse est parfaitement inattaquable. Vous voyez donc très clairement qu’il ne peut y avoir plusieurs vraies religions.
En effet, ou ces religions enseigneraient toutes la même chose, ni plus ni moins ; et dans ce cas ces religions seraient une seule et même religion. Ou bien elles n’enseigneraient pas la même chose ; et dans ce cas elles ne seraient pas toutes vraies. Elles seraient même toutes fausses par quelque endroit, une seule exceptée. Vous voyez donc encore très clairement que toutes les religions ne sont pas bonnes, et que ceux qui tiennent ce langage ne savent pas même ce qu’ils disent.
Je dois aller, avant de finir, au devant d’une difficulté qui a pu ou qui pourrait se présenter à votre esprit. On parle souvent de la Religion naturelle ou primitive, de la Religion mosaïque et de la Religion chrétienne, et on dit avec raison que Dieu en est l’auteur : voilà donc trois religions également vraies. La conséquence est fausse, car ces trois noms désignent une seule et même Religion, dans trois États différents : plus simple sous les Patriarches, plus développée sous Moïse, et complétée dans l’Évangile.
Mgr Gaume – Catéchisme de persévérance (1889)
Publicités
Cet article a été publié dans Aucun salut hors de l'Eglise, Doctrine, Intolérance, Mgr Gaume. Ajoutez ce permalien à vos favoris.