Restez éveillés et priez en tout temps

parousie-7a« Veillez ! » nous dit Jésus avec insistance. Nous n’avons pas seulement à croire, mais à veiller ; nous n’avons pas simplement à aimer, mais à veiller ; nous n’avons pas uniquement à obéir, mais à veiller.
A veiller pour quoi ? Pour ce grand, pour ce suprême événement : la venue du Christ. Il semble bien y avoir là un appel spécial, un devoir dont l’idée ne nous serait jamais venue à l’esprit si Jésus lui-même ne nous l’avait enjoint. Mais qu’est-ce donc que veiller ?
Celui-là veille dans l’attente du Christ, qui garde l’esprit sensible, ouvert, sur le qui-vive, qui reste vif, éveillé, plein de zèle à le chercher et à l’honorer. Il désire trouver le Christ dans tout ce qui lui arrive. Il n’éprouverait aucune surprise, aucune épouvante ni agitation s’il apprenait que le Christ était là.
Et celui-là veille avec le Christ (Mt 26,38) qui, tout en regardant l’avenir, sait qu’il ne doit pas oublier le passé, qui n’oublie pas ce que le Christ a souffert pour lui. Il veille avec le Christ celui qui, en souvenir de lui, s’associe à la croix et à l’agonie du Christ, qui porte joyeusement la tunique que le Christ a portée jusqu’à la croix et qu’il a laissée après son Ascension.
Souvent dans les épîtres, les écrivains inspirés expriment leur désir du second avènement, mais ils n’oublient jamais le premier, la crucifixion et la résurrection. Aussi l’apôtre Paul qui invite les Corinthiens à « attendre la venue du Seigneur », ne manque pas de leur dire de « toujours porter dans notre corps la mort du Seigneur, pour que la vie du Christ Jésus se manifeste en nous » (2 Co 4,10). La pensée de ce qu’est le Christ aujourd’hui ne doit pas effacer le souvenir de ce qu’il a été pour nous.
Veiller, c’est donc vivre détaché de ce qui est présent, vivre dans l’invisible, vivre dans la pensée du Christ tel qu’il est venu une première fois et tel qu’il doit venir, désirer son deuxième avènement dans la mémoire aimante et reconnaissante du premier.
Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), théologien, fondateur de l’Oratoire en Angleterre  – PPS 4,22 (trad. Bremond rev.)
Publicités
Cet article a été publié dans Méditations, Mgr Newman, Saints. Ajoutez ce permalien à vos favoris.