Pourquoi l’anti-France rêve-t-elle de détruire la Basilique du Sacré-Coeur ?

Depuis quelques temps, d’inquiétantes revendications nauséabondes de destruction (sic) de la Basilique du Sacré-Coeur de Paris, rappelant les heures les plus sombres de notre Histoire, se multiplient ça et là.
En octobre 2013, dans le cadre de la campagne des municipales, l’inverti bolchevique Ian Brossat (PCF) osait cette sortie :
« Le Sacré-Coeur est un symbole que je n’aime pas. Et qui visait à sanctionner d’une certaine manière les communards. Je pense que s’il y a un endroit où on pourrait faire autre chose ça serait le Sacré-Coeur. Je le remplacerais par un espace dédié à la solidarité. Aujourd’hui si on a une idée à porter dans cette ville, c’est la solidarité, la justice sociale. Si Paris doit être exemplaire dans un domaine, c’est la solidarité. »
Le 18 mars 2014, la Basilique était profanée par de répugnants et stupides graffitis anarchistes :

1979941_545314502251415_283439267_o

Dans la foulée, l’économiste rouge Jacques Sapir (provenant de la haute bourgeoisie juive par son père) faisait tomber des nues beaucoup de ses lecteurs peu avertis en twittant cette immondice :
sapir-haineDevant le tollé suscité, certains de ses amis comme l’universitaire Jean-Raphaël Bourge, spécialisé dans les études (resic) sur la « pornographie gay ethnique » et la « pédophilie féminine », prenaient sa défense :
BourgeEt le « politologue » gauchiste pro-palestinien Julien Salingue de surenchérir :
SalingueEn cherchant un peu sur Internet, on s’aperçoit que ce n’est pas la première fois que de pauvres gens malintentionnés s’attaquent de la sorte au Sacré-Coeur. Ainsi le 18 mars 2011, déjà, une banderole sanguinolente avait été déposée devant le parvis par un groupuscule nommé Projet Apache :
Commune_5Le 18 mars ? Cet article des Inrocks nous rappelle qu’il s’agit d’une date symbolique liée à la Commune de Paris en 1871. La Commune… Cet épisode tragique des débuts de la IIIè République où des proto-bolcheviques – toujours pilotés par les mêmes en sous-main – s’étaient emparés violemment du pouvoir dans la capitale pour y instaurer une « démocratie » totalitaire athée avant de se faire brutalement écraser par les républicains versaillais d’Adolphe Thiers, non sans avoir entre temps incendié la moitié de Paris (notamment des édifices publics et des églises, mais curieusement aucun immeuble des Rothschild…) et fusillé nombre de notables et d’ecclésiastiques (comme Mgr Darboy) sur les ordres de qui l’on sait dans leur fuite pathétique.
Depuis cette cuisante défaite, toute la bolchévie mondiale ne rêve que de vengeance à la suite de son « prophète » juif descendant de 15 générations de rabbins Karl Marx – oui, celui qui écrivait des poèmes à satan à ses heures perdues -, qui mit en scène la pseudo-légende de la Commune, avec l’aide de la « vierge rouge » Louise Michel (« Paris sera à nous ou n’existera plus. » – 17 mai 1871) et consorts.
Et cette revanche diabolique se fixe depuis lors sur la Basilique du Sacré-Coeur, construite en partie pour la réparation des offenses de la France faites à Dieu durant cette triste période. Cette caricature d’époque vaut plus que des longs discours :

la-lanterne

Un site rouge consacré à la Commune de Paris analyse en passant les liens ténus existant – et cela ne surprendra personne – entre la Commune et la Franc-maçonnerie (d’après eux, un tiers des communards étaient franc-maçons…) :
« La Commune de Paris et la Franc-maçonnerie partagent de nombreuses valeurs : la défense des principes de la République, la liberté politique et associative, la justice sociale, la laïcité, l’éducation… « 
freres2
Le cinéaste espagnol – peu recommandable – Luis Bunuel était également un fervent haineux de la Basilique. Voici le montage que l’on trouve sur Internet :
viva_bunuel___by_bandini-d4nkf9nEn 1944, le Sacré-Coeur était curieusement pris pour cible par des bombardements anglo-américains… Le hasard, sans doute. Ou la faute à pas-de-chance.071224-0019r
Mais au-delà de cette Basilique et de la Commune, ce qui embête vraiment tous ces suppôts de satan, c’est que ce magnifique monument de Paris symbolise la consécration de la France au Coeur Sacré de Notre Seigneur Jésus-Christ, selon les voeux de Sainte Marguerite-Marie qui en reçut la révélation en 1689 à Paray-le-Monial. Et cela, le diable ne peut le supporter.
Margareta_maria_alacoqueDoit-on donc prendre au sérieux toutes ces voix qui s’élèvent pour demander la destruction du Sacré-Coeur ? Oui, cent fois oui ! Rappelons qu’ils sont les descendants spirituels de Staline, qui n’avait pas hésité à raser la Cathédrale de Moscou en 1930…
Publicités
Cet article a été publié dans 5 - Ennemis de Dieu, Athéisme, Commune 1871, Communisme, Franc-maçonnerie, Invertis, Judaïsme, Révolutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.