Comment le communisme s’est-il propagé aussi rapidement ?

Commun15. Mais comment se fait-il qu’un tel système, depuis longtemps dépassé scientifiquement, et démenti par la réalité des faits, puisse se répandre aussi rapidement dans toutes les parties du monde ? C’est que bien peu de personnes ont su pénétrer la vraie nature du communisme ; le plus souvent on cède à la tentation habilement présentée sous les plus éblouissantes promesses. Sous prétexte de ne vouloir que l’amélioration du sort des classes laborieuses, de supprimer les abus réels provoqués par l’économie libérale et d’obtenir une réparation plus équitable des richesses (objectifs parfaitement légitimes, sans aucun doute), en profitant de la crise économique mondiale, le communisme réussit à faire pénétrer son influence même dans les milieux sociaux où par principe on rejette le matérialisme et le terrorisme.
Et comme toute erreur contient une part de vrai, cet aspect de la vérité, auquel Nous avons fait allusion, a été mis habilement en relief suivant les temps et les lieux pour cacher au besoin la brutalité repoussante et inhumaine des principes et des méthodes du communisme ; on séduit ainsi des esprits distingués au point d’en faire à leur tour des apôtres auprès des jeunes intelligences trop peu averties pour découvrir les erreurs intrinsèques au système.
Les fauteurs de communisme ne manquent pas non plus de mettre à profit les antagonismes de race, les divisions et les oppositions qui proviennent des différents systèmes politiques, enfin le désarroi qui règne dans le camp de la science séparée de Dieu, pour s’insinuer dans les Universités et appuyer les principes de leur doctrine sur des arguments pseudo-scientifiques.
16. Pour comprendre comment le communisme a réussi à se faire accepter sans examen par les masses ouvrières, il faut se rappeler que les travailleurs étaient déjà préparés à cette propagande par l’abandon religieux et moral où ils furent laissés par l’économie libérale.
Le système des équipes de travail ne leur donnait même plus le temps d’accomplir les devoirs religieux les plus importants, aux jours de fête : on ne s’est pas mis en peine de construire des églises à proximité des usines ni de faciliter la tâche du prêtre ; au contraire, on a favorisé le laïcisme et continué son oeuvre. On recueille donc l’héritage des erreurs tant de fois dénoncées par Nos Prédécesseurs et par Nous-même ; il n’y a pas à s’étonner qu’en un monde déjà largement déchristianisé se propage l’erreur communiste.
17. De plus, la diffusion si rapide des idées communistes, qui s’infiltrent dans tous les pays grands et petits, civilisés ou moins développés, au point qu’aucune partie du monde n’y échappe, cette diffusion s’explique par une propagande vraiment diabolique, telle que le monde n’en a peut-être jamais vue : propagande dirigée par un centre unique et qui s’adapte très habilement aux conditions des différents peuples ; propagande qui dispose de grands moyens financiers, d’organisations gigantesques, de Congrès internationaux, de forces nombreuses et bien disciplinées ; propagande qui se fait par des tracts et des revues, par le cinéma, le théâtre et la radio, dans les écoles et même dans les Universités, qui envahit peu à peu tous les milieux même les meilleurs, si bien que le poison pénètre presque insensiblement et toujours davantage les esprits et les coeurs.
18. Un troisième facteur contribue largement à la diffusion du communisme, c’est la conjuration du silence dans une grande partie de la presse mondiale non catholique. Nous disons conjuration, car on ne saurait expliquer autrement le fait qu’une presse aussi avide de commenter les menus incidents de la vie quotidienne ait pu si longtemps garder le silence au sujet des horreurs commises en Russie, au Mexique et dans une grande partie de l’Espagne, qu’elle parle relativement peu d’une organisation mondiale aussi vaste que le communisme dirigé par Moscou. Cette conjuration est due en partie à des raisons inspirées par une politique à courte vue ; elle est favorisée par diverses organisations secrètes, qui depuis longtemps cherchent à détruire l’ordre social chrétien.
19. Cependant les douloureux effets de cette propagande sont sous nos yeux. Là où le communisme a pu s’affirmer et dominer, – et ici Nous songeons avec une particulière affection paternelle aux peuples de la Russie et du Mexique,- il s’est efforcé par tous les moyens de détruire (et il le proclame ouvertement) la civilisation et la religion chrétiennes jusque dans leurs fondements, d’en effacer tout souvenir du coeur des hommes, spécialement de la jeunesse. Evêques et prêtres ont été bannis, condamnés aux travaux forcés, fusillés et mis à mort de façon inhumaine ; de simples laïques, pour avoir défendu la religion, ont été suspectés, malmenés, poursuivis et traînés en prison et devant les tribunaux.
Communiste20. Et là où, comme en Notre chère Espagne, le fléau communiste n’avait pas eu le temps encore de faire sentir tous les effets de ses théories, il s’est déchaîné, hélas ! avec une violence plus furieuse. Ce n’est pas l’une ou l’autre église, tel ou tel couvent qu’on a abattus, mais quand ce fut possible, ce sont toutes les églises et tous les couvents et toute trace de la religion chrétienne qu’on a voulu détruire, même quand il s’agissait des monuments les plus remarquables de l’art et de la science !
La fureur communiste ne s’est pas contentée de tuer des évêques et des milliers de prêtres, de religieux et de religieuses, s’en prenant plus particulièrement à ceux et à celles qui justement s’occupaient avec plus de zèle des ouvriers et des pauvres, mais elle fit un nombre beaucoup plus grand de victimes parmi les laïques de toute classe, qui, encore maintenant, chaque jour, peut-on dire, sont massacrés en masse pour le seul fait d’être bons chrétiens ou du moins opposés à l’athéisme communiste.
Et cette épouvantable destruction est perpétrée avec une haine, une barbarie, une sauvagerie qu’on n’aurait pas cru possibles en notre temps. Aucun particulier de jugement sain, aucun homme d’Etat, conscient de sa responsabilité, ne peut, sans frémir d’horreur, penser que les événements d’Espagne pourraient se répéter demain en d’autres nations civilisées.
21. Or, on ne peut dire que de telles atrocités soient de ces phénomènes passagers qui accompagnent d’ordinaire toute grande révolution, des excès isolés d’exaspération comme il s’en trouve dans toutes les guerres ; non, ce sont les fruits naturels d’un système qui est dépourvu de tout frein intérieur. Un frein est nécessaire à l’homme pris individuellement comme à l’homme vivant en société. Même les peuples barbares trouvèrent ce frein dans la loi naturelle gravée par Dieu dans l’âme humaine. Et quand cette loi naturelle fut mieux observée, on vit des nations anciennes monter à un niveau de grandeur qui étonne encore, plus qu’il ne conviendrait, des observateurs superficiels de l’histoire. Mais lorsque du coeur des hommes l’idée même de Dieu s’efface, leurs passions débridées les poussent à la barbarie la plus sauvage.
22. C’est, hélas ! le spectacle qui s’offre à nous : pour la première fois dans l’histoire nous assistons à une lutte froidement voulue et savamment préparée de l’homme contre « tout ce qui est divin ». Le communisme est par sa nature antireligieux et considère la religion comme « l’opium du peuple », parce que les principes religieux qui parlent de la vie d’outre-tombe empêchent le prolétaire de poursuivre la réalisation du paradis soviétique, qui est de cette terre.
23. Mais on ne foule pas aux pieds impunément la loi naturelle et son Auteur : le communisme n’a pu et ne pourra réaliser son but, pas même sur le plan purement économique. Il est vrai qu’en Russie il a contribué à secouer hommes et choses d’une longue et séculaire inertie et à obtenir par des moyens souvent sans scrupules quelques succès matériels ; mais nous savons par des témoignages non suspects, dont certains sont récents, que de fait, ce qu’il s’était promis, il ne l’a pas atteint ; sans compter l’esclavage que le terrorisme a imposé à des millions d’hommes.
Même sur le terrain économique, on ne peut se passer de la morale, du sentiment moral de la responsabilité, pour lequel il n’y a pas de place dans un système aussi matérialiste que le communisme. Pour en tenir lieu, il n’y a que le terrorisme, tel que précisément nous le voyons maintenant en Russie, où les anciens camarades de conspiration et de lutte se détruisent les uns les autres : un terrorisme qui. au demeurant, ne réussit pas à endiguer la corruption morale, ni même à empêcher la désorganisation de la structure sociale.
24. En parlant ainsi, Nous ne voulons aucunement condamner en masse les peuples de l’Union Soviétique, auxquels Nous portons une affection paternelle.
Nous savons que beaucoup d’entre eux gémissent sous le joug qui leur est imposé de force par des hommes souvent étrangers aux véritables intérêts du pays et Nous reconnaissons que beaucoup d’autres ont été trompés par des espérances fallacieuses. Ce que Nous accusons, c’est le système, ses auteurs et ses fauteurs, qui ont considéré la Russie comme un terrain plus propice pour faire l’expérience d’une théorie élaborée depuis des dizaines d’années, et qui de là continuent à la propager dans le monde entier.
Sa Sainteté le Pape Pie XI – Encyclique Divini Redemptoris (1937) 
Publicités
Cet article a été publié dans Athéisme, Communisme, Doctrine, Economie / Social, Papes, Pie XI, Révolutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.