Extrême-onction vs. euthanasie

trepasMais, soudain, sans autre avertissement qu’un coup de sifflet aigu qui semblait venir du plus haut des airs, une série d’événements extraordinaires se produisirent.
Une grande ombre tourbillonna au-dessus de Mabel, un bruit de déchirement se fit entendre, puis un autre bruit, pareil au soupir d’un géant ; et comme la jeune femme s’arrêtait, effrayée, voici qu’un objet énorme, avec un nouveau bruit pareil à celui de milliers de chaudrons brisés, vint s’abattre devant elle, sur le sol caoutchouté ; et puis l’objet se tint immobile, remplissant la moitié du square, et agitant, à sa partie supérieure, deux longues ailes, qui tournaient, frappaient l’air comme les bras de quelque monstre préhistorique, tandis que des cris et des gémissements humains s’élevaient, nombreux et confus, de sous la machine.
Mabel ne se rendit aucun compte de ce qui suivit ; mais, quelques minutes après, elle se sentit poussée en avant par une pression violente, et, tremblant de la tête aux pieds, s’aperçut qu’elle était sur le point de poser le pied sur quelque chose qui ressemblait à un corps humain écrasé.
Une espèce de langage articulé sortait de ce corps ; Mabel saisit distinctement les noms de Jésus et de Marie ; puis tout à coup, derrière son clos, elle entendit une voix qui lui disait :
– Veuillez me laisser passer, madame ! Je suis un prêtre !
Elle resta immobile quelque temps encore, interdite par la soudaineté de l’aventure ; et c’est presque inconsciemment qu’elle vit le jeune prêtre aux cheveux gris se mettre à genoux, et tirant un crucifix qu’il portait sous son manteau ; elle le vit se pencher sur le mourant, agiter sa main, approcher le crucifix des lèvres ensanglantées, et puis, s’étant relevé précipitamment, aller recommencer le même manège auprès d’une autre des victimes de la catastrophe.
Mais bientôt, du haut des marches d’un grand hôpital, à droite, des hommes descendirent, tête nue, chacun tenant à la main un objet qui avait la forme des appareils photographiques d’autrefois ; et Mabel, comprenant qui étaient ces hommes, sentit son coeur bondir de soulagement. C’étaient les exécuteurs de l’euthanasie ; l’appareil qu’ils portaient allait mettre fin aux souffrances des agonisants, les faire passer doucement, délicieusement, dans le royaume de l’éternel repos.
Puis la jeune femme eut la sensation d’être prise par les épaules et refoulée en arrière ; et longtemps encore elle dut rester là, au premier rang d’une foule compacte de gens de police et de curieux, avant d’être enfin autorisée à continuer sa marche vers la maison de sa tante.
Père Robert-Hugh Benson – Le Maître de la Terre (1905) – Téléchargez le roman
Publicités
Cet article a été publié dans Autres abbés, Euthanasie, Prophéties. Ajoutez ce permalien à vos favoris.