Définition d’un gentil petit « catho » républicain bien élevé

Il_parait_2On ne se gêne pas avec les Catholiques, car après les avoir couverts de crachats, on est sûr de les retrouver le lendemain aussi avenants, aussi empressés, aussi caressants que la veille.
La maladie des conservateurs, la tare du cerveau qui paralyse tous leurs mouvements et déséquilibre toutes leurs facultés, c’est une idée fixe qui est entrée peu à peu dans la trame de leur système nerveux, l’idée fixe qu’ils sont nés pour être molestés et insultés.
La définition du Catholique pour eux est celle-ci :
Catholique : citoyen français payant des impôts, accomplissant des devoirs civiques comme tout le monde. Signe particulier : est destiné par la nature à recevoir tous les jours l’égout collecteur sur la tête.
Edouard Drumont – La fin d’un monde – 1889 – Livre 7ème 
Publicités
Cet article a été publié dans Démocratie, Edouard Drumont, Vatican II. Ajoutez ce permalien à vos favoris.