L’Islam n’est pas une religion universelle !

41Zn1o6QQqL._SY300_Coran – Sourate 47, 4 « Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru, frappez-en les cous. Puis, quand vous les avez dominés, enchaînez-les solidement. Ensuite, c’est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu’à ce que la guerre dépose ses fardeaux. »
Nouveau Testament – Romains 2, 14-15 « Quand les païens, qui n’ont pas la Loi, font naturellement ce que leur prescrit la Loi – eux qui n’ont pas la Loi -, ils sont une Loi pour eux-mêmes ; ils montrent que l’oeuvre de la Loi est écrite dans leurs coeurs. »
Antoine Moussali a très bien analysé (cf. La Croix et le Croissant, 2001) la différence entre le christianisme, qui se réfère à un Dieu trinitaire (le Père, le Fils et le Saint Esprit) et l’Islam, qui n’y croit pas. La religion musulmane, en présentant aux fidèles l’image d’un Dieu lointain et omnipotent, favorise chez ceux-ci une attitude de soumission :
« Croire en un Dieu d’abord et essentiellement Tout-Puissant amènerait les hommes à avoir entre eux des rapports de soumission. En effet, une telle image de Dieu entraîne une soumission aveugle, car Dieu ne peut tolérer la moindre entrave à sa Toute-Puissance. »
Donc, en résumé, la différence pratique, sur Terre, entre les deux religions, est que le christianisme est une religion universelle en ce sens que Dieu a un plan d’amour pour tous, quel que soit son état, tandis que l’Islam est sélectif, ne s’adresse qu’aux siens.
Une deuxième différence qu’Antoine Moussali a très bien su mettre en évidence, c’est que le Christianisme fait appel à l’autonomie de jugement de chacun qui est rendue possible parce que le Saint-Esprit agit, par exemple en inspirant l’interlocuteur auquel nous sommes en train de parler et nous-mêmes.
Voici donc deux arguments pratiques qui différencient ces deux religions.
Georges Yakovlev – Sept repères pour une politique chrétienne (2003)
Publicités
Cet article a été publié dans Doctrine, Islam. Ajoutez ce permalien à vos favoris.