« Les femmes ont-elles une âme ? »… ou l’histoire d’un gros bobard

Autruche
Voir aussi : ici
Et, voir aussi, la vérité sur tous les mensonges historiques dont l’Eglise est victime : ici.
Résumé : Les adversaires du christianisme prétendent qu’un Concile du haut moyen âge s’est préoccupé de décider si les femmes avaient une âme. Comme souvent, cette rumeur repose sur un semblant de vérité, mais déformée : la question de l’usage du mot « homme » pour désigner le genre humain dans son entier. S’appuyant sur une recherche d’Alain Decaux, l’auteur fait le point sur cet argument de propagandiste, trop grossier pour être exact.
De tous les bobards inventés par les impies contre l’Eglise catholique, le plus stupide, le plus grossier est sans aucun doute celui qui lui attribue la négation de l’existence d’une âme chez la femme.
Mais comment expliquer la permanence d’une ânerie pareille, car la réfutation est aisée, à qui réfléchit tant soit peu : « Voyez donc la dignité et la place exceptionnelles de la Sainte Vierge, le statut de la femme chrétienne dans le monde !… Puis vous imaginez l’Eglise administrer les sacrements de Notre Seigneur à un être privé d’âme ! »
On doit donc nécessairement trouver ici quelque illustration de la recommandation de Voltaire à Thériot : « il faut mentir comme un diable ! Non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours… » Qu’importe la grossièreté du mensonge, il faut le propager !
Force est de constater que le bobard se porte bien, véhiculé par des intellectuels de gauche, des énarques, des ministres, premiers et seconds, des journalistes, des hommes politiques de tous bords… Bref, une élite continue de se ridiculiser, en particulier au yeux des étrangers, ahuris devant tant d’inculture.
Ce bobard, fils de la Révolution et de groupuscules féministes, n’est vraiment pas à l’honneur de ses propagateurs. C’est à se demander si ces braves gens, même munis d’une âme par la grâce de Dieu, ont bien une cervelle.
image-humour-animaux (129)
Une féministe a-t-elle une cervelle ?
Alain Decaux résume l’origine de cette désinformation dans le tome I d’Histoire des Françaises (Librairie Académique Perrin, Paris, 1972, pp.133-134) :
« Lors de chaque combat livré par des femmes, on affirme qu’en 585, un concile s’est tenu à Mâcon pour trancher d’une épineuse question : la femme a-t-elle une âme ? On écrit là-dessus comme s’il s’agissait d’un fait historique démontré. D’autres interviennent alors – non moins opportunément – pour s’écrier qu’il s’agit d’une légende, tout juste bonne, comme toutes les légendes, à jeter aux orties.
Il faut dire la vérité. Si l’on consulte la liste complète des conciles, on s’aperçoit qu’il n’y a jamais eu de concile de Mâcon. En revanche, on trouve en 586 – et non en 585 – un synode provincial à Mâcon. Les « Actes » en ont subsisté.
Leur consultation attentive démontre qu’à aucun moment, il ne fut débattu de l’insolite problème de l’âme de la femme. Le synode s’est borné à étudier – avec un grand sérieux – les devoirs respectifs des fidèles et du clergé.
Alors ? D’où vient cette légende si solidement implantée ? N’aurait-elle aucune base ? Si. Le coupable est Grégoire de Tours. Il rapporte qu’à ce synode de Mâcon, un évêque déclara que la femme ne pouvait continuer à être appelée « homme ». Il proposa que l’on forgeât un terme qui désignerait la femme, la femme seule. Voilà le problème ramené à son exacte valeur : ce n’était point un problème de théologie, mais une question de grammaire. Cela gênait cet évêque que l’on dît les hommes pour désigner aussi bien les femmes que les hommes.
L’évêque trouva à qui parler. On lui opposa la Genèse : « Dieu créa l’homme mâle et femelle, appelant du même nom, homo, la femme et l’homme. » On lui rappela qu’en latin, « homo » signifie : créature humaine. Personne ne parla plus du synode de Mâcon jusqu’à la Révolution française. En pleine Terreur, pour défendre les femmes dont on voulait fermer les clubs, le conventionnel Charlier, en une belle envolée oratoire, demanda si l’on était encore au temps où on décrétait, « comme dans un ancien concile, que les femmes ne faisaient pas partie du genre humain ».
Le 22 mars 1848, une citoyenne Bourgeois devait franchir une nouvelle étape dans l’altération des textes. A la tête d’une délégation du Comité des « Droits de la femme », elle remettait aux membres du gouvernement provisoire une pétition tendant à obtenir le droit de vote pour les femmes et commençant par ces mots : « Messieurs, autrefois, un concile s’assembla pour décider cette grande question : savoir si la femme a une âme… » Bouclée, la boucle. Les quelques lignes de Grégoire de Tours, définitivement déformées, étaient entrées dans le patrimoine définitif de la crédulité publique.« 
Le lecteur intéressé pourra consulter Grégoire de Tours Historia Francorum, livre VIII, XX, dans la Patrologie latine (tome 71) ou encore le Dictionnaire apologétique de la foi catholique de d’Alès ou le Dictionnaire d’archéologie chrétienne et de liturgie au mot Femmes (âme des).
Il nous reste à écrire à tous les propagateurs du bobard pour leur faire gentiment honte de leur inculture. Même s’ils ne rectifient pas la calomnie, ils hésiteront peut-être à l’employer une nouvelle fois. « Errare humanum est… »
Jean de Pontcharra – L’âme et la femme – Revue Le Cep 09 (1999)
Publicités
Cet article a été publié dans Féminisme, Moyen-Age, Papes. Ajoutez ce permalien à vos favoris.