(Note de lecture) « Chroniques du mondialisme », de Pierre Hillard

une-mondialisme
(Extraits de « Chroniques du mondialisme » – Pierre Hillard – 2014 – Editions Le retour aux sources – 212 pages – disponible ici)
« Nous utilisons les termes officiels droite/gauche qui, sur le fond, n’ont pas de sens car tous issus des principes idéologiques provenant de la Révolution de 1789. Ces deux branches constituent les « deux jambes » distinctes du même fond idéologique permettant les alternances pour, finalement, toujours tendre vers la même direction : la création d’une gouvernance mondiale. »
« Cette promotion de l’ethno-régionalisme est un principe ancien. Déjà le Traité de Versailles en 1919 promouvait cet idéal de parcellisation ethnique comme l’a prouvé la magnifique thèse de Nathan Feinberg qui explique, textes officiels à l’appui, le rôle des B’nai B’rith, du président de la cour suprême de Etats-Unis, Louis Brandeis, en liaison avec le président Wilson pour instaurer un ordre ethnique en Europe. »
« Même si le népotisme et la corruption sont les marques de fabrique des gouvernements arabes, au vu de ces quelques textes susmentionnés, on ne peut pas croire que le fameux « Printemps arabe » soit un événement spontané. Méditons cette phrase du diplomate Charles-Maurice de Talleyrand : ‘Agiter le peuple avant de s’en servir’. »
« Au vu de ces exemples, nous pouvons conclure que le dieu Mammon a de dignes serviteurs au sommet de la hiérarchie financière vaticane. »
« Au cours des deux guerres mondiales, Washington et Londres se sont opposés à Berlin parce que le monde germanique voulait contrôler l’Europe à lui seul. Après avoir mis l’Allemagne au pas, les Etats-Unis et la Grande Bretagne ont délégué au « sergent-chef » allemand le droit de réorganiser l’Europe selon sa spiritualité politique (fédéralisme, ethno-régionalisme, gestion économique, financière…). »
« La City de Londres concentre des intérêts jalousement gardés. Sur ce petit territoire (3,16 km2) on y trouve 550 banques, la présence de la moitié des assureurs de la planète […], la moitié des entrées en Bourse dans le monde et près de 80 % des Fonds spéculatifs européens. »
« Il est symptomatique de rappeler que le premier mandat du président Obama a accumulé plus de dettes au niveau du gouvernement fédéral que ne l’ont fait les 42 mandats des présidents américain de George Washinton à Bill Clinton. […] Wall Street est devenu un immense casino et les Etats-Unis une « salle de shoot » à ciel ouvert. Si Bernanke [le patron de la FED qui injecte chaque jour 4 milliards de dollars pour soutenir une économie moribonde] débranche la perfusion, c’est l’effondrement ; s’il la maintient, c’est l’overdose. Deux manières de mourir. »
« Si le marché transatlantique voit le jour, l’humanité sera taillable et corvéable à merci. C’est tout simplement le retour de l’esclavage. »
« Entre un Occident ruiné s’engageant dans une économie de guerre grâce à une politique néo-coloniale, un mouvement sioniste à la poursuite du « grand Israël » et les Etats russes et chinois défendant âprement leur part du gâteau, le monde danse sur un volcan. »
« La vision idéologique consistant à créer contre vents et marées un peuple européen qui n’existe pas, tout en permettant l’élaboration des mêmes règles de conduite entre des économies bien différentes, met sur le carreau des millions d’Européens. L’Europe en voie d’unification, c’est la pauvreté en marche. […] il faut espérer que l’instinct de survie des populations européennes va prendre le pas sur l’apathie générale face à la montée en puissance d’une oligarchie prédatrice et apatride qui profite de la crise pour imposer son modèle digne des ouvrages d’Aldous Huxley. »
« Nous assistons à la mise en place d’une dictature numérique qui saura traquer en priorité les opposants au Système ».
« L’organisation politico-économique issue de 1945 est arrivée en bout de course, mutant pour la mise en forme du nouvel ordre mondial. »
Advertisements
Cet article a été publié dans Economie / Social, Mondialisme, Pierre Hillard. Ajoutez ce permalien à vos favoris.