James Foley, une victime du dialogue interreligieux sauce « Vatican II »


James-Foley.-Sa-vie-derriere-les-barreaux« Vous jugerez l’arbre à ses fruits !  » –
Evangile selon St Matthieu, chapitre 7
Article du Soir – 21 août 2014 – Source :
Didier François, un journaliste français, a été le co-détenu de James Foley, ce journaliste américain décapité par l’Etat islamique, pendant un peu plus de sept mois. Il a raconté ce qu’il avait vécu à nos collègues de RTL-TVI. Il rappelle qu’il s’agissait de la deuxième captivité de James Foley, car il avait déjà été attrapé auparavant par l’armée libyenne de Khadaffi.
Il est aussi revenu sur la personnalité du journaliste américain. « Il réfléchissait aussi à faire du dialogue interreligieux et essayait de combler le fossé qui se creuse entre les chrétiens et les musulmans. C’est un thème qui lui tenait très à cœur. Et c’est ça l’ironie tragique de ce meurtre, c’est qu’en fait l’Etat islamique vient d’abattre un grand ami des musulmans ».
François – Encyclique Evangelii Gaudium (2013) :
(253) Pour soutenir le dialogue avec l’Islam une formation adéquate des interlocuteurs est indispensable, non seulement pour qu’ils soient solidement et joyeusement enracinés dans leur propre identité, mais aussi pour qu’ils soient capables de reconnaître les valeurs des autres, de comprendre les préoccupations sous jacentes à leurs plaintes, et de mettre en lumière les convictions communes.(…)
Face aux épisodes de fondamentalisme violent qui nous inquiètent, l’affection envers les vrais croyants de l’Islam doit nous porter à éviter d’odieuses généralisations, parce que le véritable Islam et une adéquate interprétation du Coran s’opposent à toute violence.
Rappel : lettre ouverte au Pape au sujet de l’islam (Abbé Pagès)
Advertisements
Cet article a été publié dans Islam, Oecuménisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.