40 règles pour l’action contrerévolutionnaire (2/5)

bibliotheque-etudeRappel : règles 1 à 8
9. L’art de convaincre
Il ne suffit pas de parler, d’affirmer. Il faut convaincre. Il est bon, par conséquent, de s’appliquer à l’étude autant qu’à la pratique de cet art.
Individuellement, nous ne saurions trop nous efforcer de montrer cette sérénité, cette aménité qui sont la marque d’une conviction tranquille parce que solide.
On se heurte le plus souvent à des esprits faux ou devenus débiles par manque de réflexion rigoureusement conduite. Les pires erreurs sont ainsi professées, sans conscience claire de leur malice. Raison de plus pour rester calme. Ces êtres, qui sont fréquemment des sensitifs, se ferment irrémédiablement à la première riposte un peu froide. En ce cas, s’emporter ne sert à rien.
10. Parler simplement
Il ne saurait être question d’imposer un style. Ce qui n’empêche pas de recommander partout, toujours, une extrême simplicité.
Etre le plus clair, le plus direct, le plus vivant. Jamais pédant. Jamais prétentieux. Un ton sentencieux, académique nuit trop souvent à la diffusion des meilleures idées.
Prendre soin pourtant de respecter et utiliser les mots importants et justes qu’aucun terme ne peut remplacer. Ils sont rares. Dieu merci. Hors le cas de ces formules majeures, la suite du discours doit être simple et familière.
11. Se méfier des cérébraux
Bien que certaines références philosophiques puissent être indispensables, ne pas croire que ce soit pour lancer nos amis dans l’étude des différents systèmes signalés. S’il est nécessaire de citer quelques philosophes, c’est uniquement pour faire sentir combien le rappel de données de base est important aujourd’hui. Non pour faire des savants. Comme le dit Gustave Thibon :
« Nous ne manquons pas de savants. Nous en avons même de plus en plus grâce à la multiplication des écoles ; nous manquons de sages.
« Qu’est-ce donc la sagesse ?
« C’est l’art de faire passer la théorie dans la pratique, de « trouver le joint » par où, dans chaque cas particulier, le savoir abstrait peut s’articuler à la réalité concrète, de prendre et d’exécuter les décisions exigées par des circonstances nouvelles et imprévues. Ce qui exige du « flair », de l’intuition, du bon sens et du courage – qualités qui ne s’apprennent dans aucune école, mais qui sont des dons de la nature et qui se développent par l’action et par l’expérience des choses et des hommes (…).
« Car la science n’est qu’un moyen. Si nous n’en faisons pas un instrument de l’action, elle reste aussi stérile que le trésor d’un avare ».
12. Travailler
Cela dit, gardons-nous d’oublier qu’il n’existe pas de moyens faciles pour apprendre les choses difficiles. La seule méthode est de se mettre courageusement au travail.
Ne dites pas qu’il n’y a rien à faire dans votre coin. Cette formule indique qu’il y a plus à faire qu’ailleurs puisque tout y est à faire !
13. Noyau mou = pépin
Avoir une confiance invincible. Essayer. Recommencer. Changer de tactique. C’est là où nous avons le plus d’adversaires qu’il faut s’acharner à « percer le trou » et former un militant, puis deux, etc.
Noyautage, dira-t-on ? Si l’on veut. Rappelons seulement qu’il n’est pas de noyautage possible si l’on n’est pas « dur » soi-même. La formule est bien connue : noyau mou = pépin.
14. Il faut oser
La preuve est faite qu’en France plusieurs dizaines de milliers de personnes souhaitent trouver une formule de travail et d’action efficace… Elles n’en adoptent aucune. Par manque de volonté, mais aussi parce que personne ne leur en présente. Il faut oser parler. Il faut oser entraîner. Il faut oser pénétrer dans tous les milieux. Les réponses positives seront plus nombreuses qu’on le croit.
Sous prétexte que « nul n’est prophète en son pays », on n’ose présenter le travail aux membres de sa famille, à ses propres enfants. Les difficultés peuvent être réelles. Les fameuses « oppositions de générations » portent presque toujours sur des apparences, des formes extérieures, beaucoup plus rarement sur « l’essentiel ». Il faut donc, sans hésiter, lancer ses enfants dans cette action fondée sur une formation méthodique. Excellent moyen de leur donner les habitudes d’un solide jugement. Jugement qui ne manquera pas d’être précieux dans leurs études.
15. Diffuser les ouvrages
Autre forme d’action individuelle : la diffusion d’ouvrages, plaquettes, brochures, vraiment formateurs. En imposer la lecture, voire l’étude, à son entourage n’est pas nécessairement impossible.
Bien noter… qu’il est préférable de les vendre que de les distribuer gratuitement. D’abord parce que les bourses se vident promptement à ce jeu. Parce que l’expérience prouve surtout que l’on s’attache plus à la lecture du livre qu’on s’est donné la peine d’acheter, alors qu’on tend à sous-estimer l’ouvrage distribué comme un objet de publicité ou propagande. Pour s’assurer qu’il sera lu, proposer : nous en reparlerons la prochaine fois.
16. Ecrivez à vos amis
Certains nous disent assez souvent :
« Adressez donc telle publication, tel article à Y ou à X… et envoyez-moi la facture. Je les connais, ils devraient « marcher »… ».
Qu’on sache donc qu’une telle façon d’agir est d’un effet à peu près nul. Neuf fois sur dix les documents envoyés connaîtront la caisse aux papiers avant d’avoir été lus. On ne sait d’où ils viennent. On craint une indiscrétion dans la communication des adresses. Résultat dérisoire.
Une lettre amicale annonçant l’envoi à la personne qu’on connaît et expliquant le travail à faire est la seule façon d’agir en pareil cas. L’effort qu’elle demande est très souvent payé de succès. Qu’on ait le courage de l’accomplir. Pas de démarche anonyme.
Jean Ousset – L’action (1968) – Chapitre III : Notes pour l’action individuelle (1er degré)
Publicités
Cet article a été publié dans Jean Ousset, Stratégie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.