Interview du Colonel Chateau-Jobert (1976)

chateau_jobertLe colonel Pierre Chateau-Jobert est né en 1912 à Morlaix (France). Engagé dans l’armée comme simple soldat, il gravit les échelons et devint colonel en 1956. Il combattit lors de la deuxième guerre mondiale à la tête d’une unité de S.A.S., puis participa à la guerre en Indochine et en Algérie. Lors de l’abandon de l’Algérie française par De Gaulle, Chateau-Jobert déserta et rejoignit l’O.A.S. Condamné à mort par contumace, il mit à profit ses années de clandestinité pour étudier la Contrerévolution. Le colonel Chateau-Jobert a écrit deux livres majeurs : La doctrine d’action contrerévolutionnaire et La confrontation Révolution-Contrerévolution. Ces livres sont disponibles chez Chiré pour l’Europe, et la Librairie Saint-Louis pour l’Amérique.
1ère Question : Mon Colonel, votre troisième livre « La Confrontation Révolution-Contrerévolution » vient de paraître et fait quelque bruit. Pourriez-vous nous dire ce qui vous a amené, vous, homme d’action, à écrire ?
Réponse : Du fait de mon métier militaire, j’étais en effet un homme d’action, et c’est bien pourquoi j’ai été amené à m’intéresser à certains problèmes d’idées. Cela n’a rien de contradictoire ; en effet, à moins d’exécuter bêtement ce qu’on vous demande, à moins de ne rien faire si on ne vous demande rien, des questions se posent sur la façon de concevoir une action. Sinon, on se contente d’un rôle d’exécutant et, à la limite, d’un rôle d’homme de main.
C’est en Indochine, au cours de mes deux séjours, de 1947 à 1952, que j’ai commencé à m’interroger sur le problème de l’action. Je commandais à ce moment-là la Demi-Brigade Coloniale de Commandos Parachutistes S.A.S. et, en tant que chef d’une unité d’intervention, prête à tous les coups durs en Cochinchine, Annam, Tonkin, Cambodge et Laos, nous avions les rapports les plus divers avec les unités chargées de la pacification et de la protection des populations contre le Viet-Cong.
Or il était parfois facile de constater que, par manque de directives précises, chaque Commandant de Secteur résolvait comme il l’entendait cette grave question relative à l’action : Avions-nous le droit – sinon le devoir – d’utiliser les mêmes moyens que l’adversaire ? Celui-ci ne se privait pas de détruire les cellules naturelles, familles, communautés paysannes, d’interdire le libre exercice des autorités légitimes, parents, chefs de villages, de s’opposer à l’influence des guides spirituels, prêtres ou bonzes. Les enfants étaient tenus de dénoncer leurs parents ; l’exécution d’un assassinat commandé était l’épreuve exigée par le viet-minh pour trouver grâce à ses yeux ; la terreur sous toutes ses formes était érigée en système « nécessaire » pour supprimer jusqu’à l’idée qu’une résistance fût possible. La peur inspirée, voire la torture pratiquée, arrivaient à bout de toute résistance, fût-elle aussi passive que celle qui consistait à garder le silence sur des faits que la population voulait cacher aux viets.
Et nous nous posions la question : La fin justifie-t-elle les moyens ? Avons-nous le droit d’agir comme le Viet pour obtenir la même efficacité que lui ? C’est quand j’ai commencé à découvrir les seules réponses satisfaisantes en face de pareilles questions, que j’ai voulu les préciser par écrit, non seulement pour moi-même mais dans l’idée d’en faire bénéficier bien des camarades qui, eux aussi, éprouvaient le besoin de raccrocher leur comportement et leurs méthodes d’action à une base morale saine.
Question 1 bis : Vos livres, cependant, ne paraissent pas spécialement destinés à vos camarades de combat ? Ils paraissent plutôt écrits pour tous.
Réponse : C’est tout à fait exact ! Je suis parti d’une préoccupation initiale en tant que militaire, mais, plus je creusais mon sujet, plus je me rendais compte que le problème de l’action se pose à tout individu, et les réponses à ce problème débordent le cadre dans lequel chacun exerce une action. Mon sujet ne pouvait être traité de façon suffisamment complète qu’en dépassant les premières réponses trouvées, pour les raccorder à une doctrine ; et il est évident que si cette doctrine est cohérente, les principes et caractéristiques de l’action qu’elle préconise sont les mêmes, que l’on ait à les appliquer en tant que savetier, que président de la République ou que militaire.
Question 1 ter : Mais quand vous avez commencé à trouver ces réponses, elles s’appuyaient vraisemblablement sur des références écrites. Était-il donc utile de les reprendre sous votre plume ?
Réponse : Cela m’a paru indispensable. Toujours dans cette optique qui voulait faire bénéficier les autres de mes propres recherches, j’ai voulu éviter aux autres tous les écueils qui m’avaient arrêté, et, d’abord, cette recherche elle-même. Il fallait absolument rassembler en un ouvrage toutes les données que je découvrais par bribes éparses. Et, de plus, je voulais traiter les questions en m’adressant aux hommes qui, comme moi à l’origine, ne recherchaient que des réponses pratiques, et qui considéraient comme importunes toutes les invocations religieuses accumulées parfois comme pour dégoûter les gens de tenter de faire quelque chose de correct si l’on n’est pas déjà un catholique parfait. J’ai donc voulu écrire les livres que j’aurais désiré trouver tout faits et qui m’auraient amené – mais graduellement – à accepter aussi les bases spirituelles indispensables. Car, en effet, on ne fait rien de solide sans remonter à Dieu. Mais cela, pour une quantité d’hommes, on n’arrive à le comprendre que petit à petit.
Question 2 : Vous apparaissez aujourd’hui comme « l’une des têtes pensantes de la Contrerévolution ». Par quel cheminement êtes-vous venu au combat contrerévolutionnaire ?
Réponse : Attendez ! Il y a deux points dans votre question. D’abord, l’une des « têtes pensantes de la Contrerévolution »… Vous me faites bien de l’honneur ; mais moi je n’ai pas du tout l’impression de pouvoir apporter une part essentielle à la Contrerévolution ! C’est elle qui m’a ramené à l’essentiel ! Et, si je reprends ma définition de la Contrerévolution : « expression de la doctrine chrétienne dans l’application qu’en font les laïcs – et notamment dans le domaine politique et social – dans leur lutte contre la Révolution pour rétablir en ses droits et à sa place l’ordre naturel et chrétien », je ne vois ma place, dans cette définition, que « dans l’application qu’en font les laïcs… », car la doctrine ne m’a pas attendu ! et même pas pour ce qui concerne la doctrine, l’action proprement dite ! Ceci m’amène d’ailleurs au deuxième point de votre question : le cheminement qui m’a conduit au combat contrerévolutionnaire.
Le point de départ de ce cheminement est pour moi très net. C’est en tournant autour de cette question de « la fin qui justifierait les moyens » que j’ai pris conscience de deux idéologies qui s’opposent l’une à l’autre et dont la ligne de séparation est la reconnaissance ou, au contraire, le refus de reconnaître un certain ordre dont les lois physiques, morales, sociales me paraissaient « naturelles ». De là à passer à l’ordre naturel, puis à l’ordre naturel et chrétien, il y avait plus d’un pas ! Par le fait des circonstances de ma vie militaire, il se trouve qu’il m’y a fallu des années. Il m’est d’ailleurs facile de noter certains jalons qui ont marqué cette lente progression vers le combat contrerévolutionnaire. Ainsi, mes idées ne se sont clarifiées que lorsque je suis tombé sur un recueil de textes de M. Ousset, qui s’intitulait « Pour une doctrine catholique d’action politique et sociale. » J’y découvris les principes et les caractéristiques d’une action saine et efficace. En même temps je reconnaissais pour vraies les bases dont je soupçonnais l’existence. Ensuite il m’a fallu encore des années et le concours de cet autre livre magistral de M. Ousset « Pour qu’Il règne » pour arriver au cœur du problème. J’y trouvais l’explication de cette Révolution : antagonisme fondamental contre toute idée chrétienne, et je faisais connaissance avec la Contrerévolution.
Le jalon suivant fut ma rencontre avec Martel. Il fut pour moi le guide et le conseiller le plus précieux car, en plus de son sens du spirituel, il mit à ma disposition toute l’expérience pratique qu’il avait acquise dans le combat contrerévolutionnaire qu’il menait depuis longtemps.
2_foru10Question 3 : Vous êtes l’un des fermes défenseurs de l’emploi du terme Contrerévolutionnaire en un seul mot. Voudriez-vous nous préciser pourquoi ?
Réponse : Oui ; Contrerévolution en un seul mot me paraît bien préférable à contre-révolution avec un tiret. D’abord, nos adversaires, qui pratiquent le dénigrement systématique, donnent à croire qu’un mot commençant par « contre » est forcément entaché de négativisme, et ils déclarent donc que la Contrerévolution n’est qu’une doctrine négativiste. Ce qui est faux et j’en prends d’habitude pour exemple tout le positif contenu dans l’idée de « contre-attaque ». Quoi qu’il en soit, si un aspect négativiste est particulièrement évoqué par « contre » séparé par un tiret, supprimons le tiret et bloquons le mot comme dans contrefort, contrebatterie, contremaître, etc.
Cette orthographe présente un autre avantage. En effet il est fréquent qu’en certains pays des révolutionnaires opposent leur révolution personnelle à un pouvoir révolutionnaire déjà en place, et les premiers se font qualifier de « contre-révolutionnaires » alors qu’ils sont aussi révolutionnaires que leurs adversaires. Il me parait donc souhaitable de bien différencier cette « contre-révolution » (révolution qui s’oppose à une autre) de notre Contrerévolution. Celle-ci, « à la fois doctrine, ordre social et principe d’action contre la Révolution », est un tout indissociable et ce caractère me paraît beaucoup mieux rendu graphiquement lorsqu’on écrit Contrerévolution en un seul mot. Vous remarquerez d’ailleurs que, dans le même but, je ne crains pas de magnifier le terme en l’écrivant toujours avec une majuscule. J’en fais ainsi un nom propre correspondant à une réalité précise, qui ne doit pas pouvoir être confondue avec quoi que ce soit d’autre.
Cette façon d’écrire Contrerévolution est un moyen pratique pour contribuer à éviter toute confusion dans les esprits ; et ceci est extrêmement important.
Question 3 bis : Pour reprendre votre terme, en magnifiant ainsi la Contrerévolution, ne risque-t-on pas de se faire taxer de « triomphalisme » ?
Réponse : Bien sûr que non ! Car le terme Contrerévolution s’écrit aussi avec une majuscule lorsqu’il correspond à une idéologie bien précise dans l’esprit de ceux qui en ont une exacte notion. Quand on écrit « la Révolution française » avec une majuscule, cela signifie clairement qu’il ne s’agit pas seulement de l’épisode révolutionnaire qui a renversé le pouvoir en place en France en 1789.
Question 4 : Aujourd’hui, pour vous, la Contrerévolution, qu’est-ce que c’est ? Une école de pensée, un mouvement clandestin ?
Réponse : Je saute tout de suite sur votre dernier terme. Non, la Contrerévolution n’est pas un mouvement clandestin. Au grand jamais ! Ses fins, ses méthodes sont proclamées ; et seuls nos adversaires pourraient prétendre, avec mauvaise foi, qu’il s’agit d’un mouvement clandestin ; mais c’est d’eux seulement que pourrait venir pour nous la nécessité d’une action clandestine, comme la Résistance pendant l’Occupation était clandestine, et comme l’était aussi la vie des Catacombes.
Une école de pensée ? Oui, en un certain sens ; mais qui dit « école de pensée » songe généralement à cet enseignement que dispensaient autour d’eux certains grands philosophes. Les Contrerévolutionnaires n’ont rien « inventé ». Certes, ce qui est leur Vérité a été exposé par bien des penseurs, mais le Maître, c’est le Christ.
Non, plutôt qu’une « école de pensée », la Contrerévolution serait plutôt, me semble-t-il, une « école d’application » et là je retrouve un terme de ma définition de la Contrerévolution… « expression de la doctrine chrétienne dans l’application qu’en font les laïcs, et notamment dans le domaine social et politique… » etc.
Question 4 bis : …Et politique, venez-vous de dire. La Contrerévolution est-elle une force politique ?
Réponse : Elle n’est pas une force politique dans le sens que l’on donne à ce terme actuellement, où toute « force politique » se rattache à un parti ou à une étiquette. Mais, incontestablement, elle représente une force politique. C’est normal. Quand on se préoccupe de ce que devrait être la société, on est en plein dans le domaine social et on fait forcément de la politique, ne serait-ce que pour « contrer » les politiques qui veulent faire disparaître tout sens social chrétien.
La Contrerévolution représente effectivement une force politique mais elle ne se limite pas à cela car aucun domaine ne lui est étranger ; elle est aussi une force éducative, une force morale, une force spirituelle. Et elle est aussi une force d’action, une force d’efficacité… je dirais même une force de réussite, et notamment dans le domaine familial et professionnel.
Question 5 : Beaucoup de jeunes et de moins jeunes ont des réticences à rejoindre le combat de la Contrerévolution qui leur parait trop imprégné de religion, de spiritualité. Quelle est votre position devant cet état de fait ?
Réponse : Les formules politico-sociales proposées par les partis aux jeunes et aux moins jeunes, prétendent amener des changements souhaitables en se basant sur des théories insuffisantes, viciées ou fausses. Bien au contraire la Contrerévolution a pour assises les références les plus élevées. Elle concerne l’homme total et elle fait au spirituel la part qui lui revient ; en quoi elle est la seule à faire preuve d’un véritable réalisme. Je vous assure que, chaque fois que j’ai l’occasion d’aborder ce sujet auprès de jeunes en particulier, ils comprennent très bien que la force de la Contrerévolution lui vient de ses bases, et ils se réjouissent qu’enfin on les bluffe pas en leur promettant monts et merveilles, et le bonheur sur terre, sans aller jusqu’au fond du problème.
Ces jeunes et ces moins jeunes reconnaissent aisément que ces améliorations tant souhaitées dans la société ne pourront jamais se produire si les lois morales et sociales de l’ordre naturel ne sont pas mieux respectées dans cette société ; et on ne comprendrait pas que ces lois puissent s’imposer à la société sans s’imposer également, à titre individuel, aux hommes qui composent cette société.
chateaujobert-3Question 5 bis : Mais n’est-ce pas une sorte de morale laïque que vous leur proposez là ?
Réponse : Pas du tout, car je ne m’arrête pas là. Mais je m’adresse généralement à des gens qui sont encore à convaincre. Je vous avoue que ça m’intéresse beaucoup moins de m’adresser à des gens déjà convaincus qu’ont-ils besoin que je leur prêche ce qu’ils savent déjà ? Si, malgré tous les trésors de haute spiritualité qu’ils ont à leur disposition, ils n’ont pas encore rejoint le combat de la Contrerévolution, il est à craindre qu’ils ne le fassent jamais… sauf peut-être quand il s’agira de défendre leur propre personne et leurs propres biens.
Ceux qui sont encore à convaincre méritent beaucoup plus qu’on essaie de leur apporter ce qu’ils cherchent et il faut le faire en leur parlant à tout moment le langage qu’ils sont capables de comprendre. Ainsi, pour schématiser, je leur parlerai d’abord de l’ordre naturel, et je leur ferai comprendre que cet ordre est également – et indissociablement – surnaturel ; on en arrivera à parler d’ordre naturel et divin, et comme il ne s’agit pas d’accepter pour « divin » ce qu’ont pu raconter les faux prophètes, on parlera de l’enseignement chrétien.
Question 5 ter : Quelle est la réaction de vos auditeurs à l’énoncé de cette référence religieuse ?
Réponse : En général c’est sans difficulté qu’ils acceptent de reconnaître que, hors de l’ordre naturel et chrétien, il est impossible de trouver une garantie plus sûre, plus cohérente pour défendre la place exacte de l’homme dans la société, avec ses vrais droits, ses devoirs le respect des prérogatives légitimes de l’individu, de la famille, de la communauté professionnelle, etc. A ce moment-là le terme chrétien ne leur fait plus peur.
Pour ceux qui ont en eux un reste de foi chrétienne je sais pertinemment que cette référence spirituelle et religieuse n’est pas sans les gêner car elle leur rappelle certaines obligations morales, mais c’est déjà quelque chose que de les leur avoir remises à l’esprit à l’occasion d’une action politico-sociale qui leur paraît nécessaire. Quant à ceux qui n’ont jamais eu de formation religieuse, je les console – si je puis dire – en leur citant la phrase de Pie XII demandant à tous les hommes de bonne volonté qui n’appartiennent pas à l’Église « une loyale et efficace collaboration en vue de la constitution d’un ordre économique et social qui réponde mieux à l’éternelle loi divine et à la dignité humaine ».
Je crois que la réaction générale de mes auditeurs est de se sentir déjà rapprochés de ces bases spirituelles qu’ils ont souvent négligées. Il est indispensable de les leur rappeler ; et d’ailleurs elles seules donnent la plénitude des arguments à opposer à la Révolution et des forces à apporter au combat contrerévolutionnaire.
Question 6 : En tant que militaire et en tant qu’homme de doctrine, que conseillez-vous à nos lecteurs comme thème d’action dans la conjoncture politique actuelle ?
Réponse : Votre question est terriblement vaste… un thème d’action… Cela pourrait laisser supposer le choix d’un point d’application particulier pour l’effort à consentir… alors qu’il faut tout faire et de tous les côtés… ! Et je sais pertinemment que si vos lecteurs lisent cela, aussitôt certains seront découragés avant même d’avoir commencé, parce que, s’ils n’ont pas bien assimilé la doctrine d’action, ils s’imagineront qu’on les convie à une tâche surhumaine ou qui sort de leurs possibilités naturelles.
Aussi je préférerais que vous leur transmettiez simplement ceci : Qu’ils empoignent la Doctrine d’action, qu’ils se retrouvent par petits groupes de personnes sûres, et qu’ils « potassent » la D.A. en commençant peut-être par l’annexe sur « la cellule de travail ». Dès ce moment ils se trouveront conviés à découvrir eux-mêmes ce qu’ils peuvent faire pratiquement, dans l’immédiat et dans leur entourage habituel.
Tenez, il me vient à l’esprit deux titres de paragraphes qui doivent se trouver vers la fin de la D.A. A eux seuls ils constituent un thème d’action qui est particulièrement d’actualité. Il s’agit de « démasquer la Révolution officielle en fait » et de « faire bloc ». Cela correspond à des attitudes à adopter immédiatement sur le plan personnel.
Question 6 bis : Et sur le plan collectif ?
Réponse : Vous savez, pour « faire bloc » il faut déjà être à plusieurs ! Mais justement, sur le plan de la communauté contrerévolutionnaire, « faire bloc » se raccorde à cette notion si importante des réseaux. Que chacun prenne conscience des réseaux contrerévolutionnaires dont il fait partie. Mais oui, chacun fait partie d’un ou de plusieurs réseaux contrerévolutionnaires ! Il n’y a qu’à relire le chapitre sur les réseaux naturels !… tellement naturels qu’ils se créent d’eux-mêmes. Seulement il est très important de s’en rendre compte et d’activer leur structuration, avec toute la prudence souhaitable.
Là est la base de notre action générale et commune.
Question 7 : Dans votre livre « la Confrontation Révolution-Contrerévolution », vous décrivez ce qu’il convient de prévoir en cas de choc violent, de guerre civile ou étrangère… Croyez-vous que nous soyons près de ces événements dramatiques ?
Réponse : Voilà une question à laquelle il est bien difficile de répondre. Tout le monde peut constater que la situation morale se dégrade de plus en plus, dans le monde en général. La pornographie, la violence, la recrudescence des crimes basés sur l’exercice de la terreur en sont les exemples les plus évidents. Les coups de frein officiels donnés de temps en temps ne s’attaquent nullement aux causes du mal, ils ne remontent jamais la pente de la dégringolade actuelle.
En même temps un travail de sape s’acharne sur les fondements de la famille, cellule de base d’une société d’essence chrétienne. L’enseignement public prépare une jeunesse qui refuse toute contrainte civique. Le pays semble mûr pour tomber sous l’esclavage marxiste. En cas de résistance, le million de soldats stationnés sur les frontières ouest des pays satellites soviétiques ont leurs premiers éléments à 280 km de Strasbourg. La situation est terriblement préoccupante…
Cependant, préjuger des délais me paraît plus qu’imprudent…
Question 7 bis : Alors, quoi faire ?
Réponse : Prévoir le pire. Qui peut dire que la France est à l’abri d’un coup semblable à celui du Portugal ?… et je crains bien que les Français en général soient beaucoup moins prêts que les Portugais à contenir les assauts de la Révolution. Ce qui nous reste de tranquillité en France est à la merci d’un changement de gouvernement. Ce n’est pas rassurant du tout…
chateau_jobert2Question 7 ter : En attendant que « La Confrontation Révolution-Contrerévolution soit entre les mains de tous vos lecteurs, pouvez-vous leur donner un conseil pratique ?
Réponse : Quand j’ai dit : « prévoir le pire », ce n’est pas pour faire peur. Cela signifie d’abord qu’il ne faut pas se laisser surprendre : l’adversaire ne nous préviendra pas ! Chacun doit donc imaginer comment, dans son cas personnel, autour de lui et pour lui-même, peuvent se présenter les éléments les plus défavorables. Quand on est en mesure de faire face à ceux-ci on peut également surmonter les autres. D’une façon réaliste chacun doit en déduire les mesures de précaution qu’il doit préparer dès maintenant.
En outre il faut penser aux autres. Comment les aider ? Inversement ils pourront certainement vous aider. C’est de la charité réciproque. J’ai, tout à l’heure, parlé de « réseau », de « cellule de travail » ; c’est le moment ou jamais de s’y mettre ! On croit avoir du temps devant soi… c’est possible, mais si on ne pense à tout cela que lorsqu’on en aura besoin, ce sera trop tard ! Et tout ceci intéresse évidemment les femmes tout autant que les hommes. Enfin un dernier conseil « pratique » : ne pas oublier la part du spirituel, même si l’on n’y est pas spécialement porté. Quand on pense « action », savoir aussi, au moins de temps en temps, « élever son âme vers Dieu ». C’est très important.
Lecture et Tradition, numéro 59, mars-avril 1976, pp. 6-13.
Cet article a été publié dans Contrerévolution. Ajoutez ce permalien à vos favoris.