Le monde de l’Antichrist approche rapidement

GautierLa splendeur médiévale de l’Église va réduire la Synagogue à la vie des ghettos. Mais, à l’âge moderne, la Synagogue va se venger de l’exil où l’a réduite le monde chrétien : la Cabale pénètre dans la Chrétienté jusqu’à la séculariser et la menacer de séculariser le christianisme même.
C’est devant ce dernier phénomène que nous nous trouvons actuellement. Par la tactique de l’« amitié » et du « dialogue judéo-chrétien », la Synagogue remporte un triomphe sur l’Église. […]
Les hommes et avec eux l’histoire sont dynamisés par Dieu et par Satan, par le Christ et par l’Antichrist, par l’Église et par la Synagogue, par la Cité de Dieu et par la Cité du Diable. […] Et chacun des actes libres de chaque homme cherche en définitive ou le Christ ou l’Antichrist. […]
Les mauvais anges péchèrent dans un acte de parfaite lucidité. Et dans toutes les générations humaines il y a des hommes qui pèchent en sachant parfaitement ce qu’ils font et en voulant faire le mal avec une parfaite lucidité. […]
L’histoire, avec le mal et avec le bien, avec les faits profanes et avec les actions sacrées, doit servir Jésus-Christ et les élus. Le cours et la fin de l’histoire sont déterminés par l’acte final de la contemplation de la gloire qui s’appelle la vie éternelle.
Aussi l’histoire court-elle vers l’étape finale qui aura lieu après la résurrection des corps et le jugement dernier. Là Jésus-Christ, Seigneur du temps et de l’histoire, prononcera le verdict ultime et définitif sur l’histoire des peuples et de l’homme. […]
Point n’est besoin d’une grande perspicacité pour voir que depuis cinq siècles le monde se conforme à la tradition cabalistique. Le monde de l’Antichrist approche rapidement. Tout concourt à l’unification totalitaire du fils de la perdition. D’où, aussi, le succès du progressisme. Le christianisme se sécularise ou s’athéise. […]
Nous savons que le « mysterium iniquitatis » est déjà à l’œuvre (II Thess, II, 7) ; mais nous ne connaissons pas les limites de son pouvoir. Le Seigneur dit dans l’Évangile: « Mais quand le Fils de l’Homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » (Luc, XVIII, 8)
Saint Paul (II Thess, II, 3) appelle apostasie universelle cette défection de la foi, qui doit coïncider avec la manifestation de l’« homme de l’iniquité, le fils de la perdition ». Cette apostasie universelle est la sécularisation ou athéïsation totale de la vie publique et privée dans laquelle chemine le monde actuel. Il n’y a qu’une alternative : ou l’Antichrist, ou le Christ, qui le détruira du souffle de sa bouche.
Le Christ accomplira alors l’acte final de libérer l’histoire. L’homme ne restera pas aliéné sous l’inique. Mais il n’est pas annoncé que le Christ sauvera une multitude. Celle qu’Il sauvera sera son Église, « pusillus grex » (Luc, II. 32), petit troupeau, à qui il a plu au Père de donner le Royaume.
Abbé Julio Meinvielle – De la cabale au progressisme – 1970
Publicités
Cet article a été publié dans Abbé Meinvielle, Prophéties. Ajoutez ce permalien à vos favoris.