Les athées préfèrent les intransigeants !

elisabeth_leseur_002Elisabeth Leseur – Journal – 1917 :
Je suis frappée de ce fait, que les incroyants éprouvent plus de sympathie pour les êtres de foi profonde que pour ceux dont les convictions se font souples et utilitaires.
Ils vont plus, ces chers incroyants, aux intransigeants de la foi qu’à ceux qui, à force de compromis et de subtilités, cherchent à faire « accepter » la foi.
Il faut, cependant, que l’indomptable affirmation soit enveloppée dans la plus intelligente sympathie, la plus vivante et délicate charité…
syriac-military-council-2-mpiJean Ousset – Pour qu’Il règne (1959) :
Bienheureux les doux ! Non les mous ! Autant dire : bienheureuse force d’une affectueuse patience. Force d’une persévérante lenteur. Puissance comparable à celle de ces plantes dont les racines parviennent à s’agripper aux rochers les plus durs. Puissance végétale, imperceptible apparemment, mais à laquelle, pour finir, rien ne résiste, puissance qui soulève des maisons entières et ébranle les murs les plus épais. (…)
Puissance d’une douceur qui, certes, ne concède rien de ce qui ne peut être concédé, mais qui pénètre sans violenter, sans blesser inutilement. Force qui, sans cesser d’être force, sait garder toute la délicatesse de l’amour. (…)
Douceur qui ne s’oppose en rien à cette violence dont l’Évangile dit qu’elle est indispensable à la conquête.
Douceur, force de l’Église, de ses martyrs, de ses saints … Les violents selon le monde ont pu conquérir et conquièrent encore de vastes portions de la machine ronde. L’Église seule, depuis vingt siècles, malgré mille persécutions, a vu et voit encore chaque jour l’immense développement de son règne. Les tyrans conquièrent et s’effondrent. L’Église seule possède vraiment la terre qu’elle ne cesse de conquérir. (…)
Et si notre esprit critique ou désapprouve, que l’adversaire sente toujours un cœur qui aime, un cœur qui compatit, un cœur toujours prêt à chercher le chemin le plus facile aux indispensables retours.
Publicités
Cet article a été publié dans Athéisme, Intolérance, Méditations, Vatican II. Ajoutez ce permalien à vos favoris.