Chef, chef ! On a oublié un droâdl’homme !

1235609440

Déclaration des Droits de l’Homme (1789)
Déclaration des Droits de l’Homme (révisée en 1793)
Article 2.
Le but de toute association politique est la conservation des droite naturels et imprescriptibles de l’homme.
Article 1er.
Le but de la Société est le bonheur commun. Le gouvernement est institué pour garantir à l’homme la jouissance de ses droits naturels et imprescriptibles.
Article 2 (suite).
Сеs droits sont :
1) la liberté
2) la propriété
3) la sûreté.
Article 2.
Ces droits sont :
1) l’égalité 
2) la liberté
3) la sûreté
4) la propriété.
Commentaire du Père de Clorivière (Etudes sur la Révolution – 1793) :
Voici quels sont les [véritables] droits naturels et imprescriptibles de l’homme
1) La connaissance de la Vérité.
2) La poursuite du Bien nécessaire à son bonheur et à sa fin.
3) La liberté ou le pouvoir de faire tout ce qui n’est pas contraire au devoir.
4) La conservation de sa personne et de ses biens.
Ces droits sont naturels, puisqu’ils proviennent de la nature, et que sans eux les biens que l’homme a reçus de la nature lui seraient inutiles.
Les deux premiers sont tout à fait imprescriptibles. L’homme ne peut jamais les ôter à un autre homme, Dieu lui-même ne les ôte jamais dans cette vie, c’est un châtiment qu’il réserve dans l’autre à ceux qui auraient négligé d’en faire un bon usage quand ils le pouvaient.
Les deux derniers ne sont imprescriptibles qu’autant qu’on ne mérite pas d’en perdre la jouissance par quelque crime.
Publicités
Cet article a été publié dans Abbé de Clorivière, Communisme, Contrerévolution, Droits de l'Homme, Libéralisme, Révolutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.