Le 11 novembre, c’est la saint Martin de Tours

28532363Fils d’un tribun romain originaire du bassin du Danube, Martin est enrôlé dans la légion à 15 ans sans se départir d’une attirance pour le christianisme et la vie religieuse.
Un jour d’hiver où il est en garnison à Amiens, il partage son manteau en deux et en offre la moitié à un miséreux (le manteau étant payé pour moitié par l’armée, Martin considère qu’il n’a pas le droit de donner cette moitié qui appartient à l’État). La nuit suivante, le Christ lui apparaît en songe, revêtu du manteau.
Martin se convertit et se rend à Poitiers, auprès de l’évêque Hilaire. Il fonde à proximité de la ville le premier monastère d’Occident à Ligugé. En 371, contre son gré, il est élu évêque de Tours. Pour sa retraite, il fonde aux portes de la ville le monastère de Marmoutier.
Il s’éteint en novembre 397 à Candes, au confluent de la Loire et de la Vienne. Une délégation de Tours se rend à Candes en gabarre (le bateau traditionnel à fond plat de la Loire) afin de ramener le saint dans sa bonne ville. On raconte que les Tourangeaux auraient volé le corps en le passant par une fenêtre ! Cette anecdote est figurée sur un vitrail de l’église locale.
31837772Fiers de leur bon coup, les Tourangeaux inhument leur saint évêque dans le cimetière chrétien de leur ville. Son tombeau va dès lors devenir un lieu de pèlerinage couru de tout le pays. Il va faire la fortune de ses habitants… et attiser la convoitise des pillards (c’est ainsi qu’une troupe de musulmans venus d’Espagne tentera en 732 une razzia sur la ville mais sera arrêtée entre Poitiers et Tours par les Francs de Charles Martel).
Très populaire, Martin a fortement contribué à la diffusion du christianisme en Gaule. Beaucoup d’églises, de lieux et de patronymes portent son nom.
Notons encore que c’est en référence à la place de saint Martin dans la culture française qu’en novembre 1918, les négociateurs français ont choisi de fixer au 11 novembre la date de l’armistice (de préférence au 9 ou 10 novembre).
Chape et chapelle
La ville de Tours abrite la moitié de manteau qui a fait la célébrité de saint Martin. Ce manteau ou chape (en latin, capa) a été conservé précieusement dans un sanctuaire qui a pris en conséquence le nom de capella. De ce mot, on a fait le mot chapelle qui désigne une petite église ou une pièce attenant à une nef d’église et contenant elle-même un autel.
Source
Publicités
Cet article a été publié dans Baptême de la France, Saint Martin. Ajoutez ce permalien à vos favoris.