Sept conseils aux hommes pour la reprise en main de leur foyer

438384-235810-jpg_293678_434x276« Mais, Excellence, vous parlez comme si nous, les hommes, avions encore quelque contrôle sur ce que font nos femmes ! »
Si les hommes ont perdu le contrôle, c’est uniquement parce qu’ils ont voulu le perdre. Même la femme moderne insubordonnée, croyez-le ou pas, ne fait que suivre son mari désobéissant et révolutionnaire. S’il voulait obéir à son Dieu, elle obéirait beaucoup plus facilement à son mari. S’il est libéral et anarchique, pourquoi ne le serait-elle pas ? « La tête de tout homme est le Christ ; et la tête de la femme est l’homme » (I Cor. XI, 3).
La responsabilité est du côté de l’homme. Les femmes modernes ont, généralement, été trahies par le libéralisme de leur mari. (…)
Messieurs ! Voici 7 suggestions pratiques :
1) En tout premier lieu, obéissez vous-mêmes à Dieu, soumettez-vous à Sa loi et donnez cet exemple à vos femmes qui trouveront tellement plus facile de vous obéir quand elles verront que vous ne faites pas votre propre loi. Mettez-vous à genoux, et devant, pour réciter le chapelet en famille.
2) Rejetez sans pitié ce poste de télévision comme étant le premier empoisonnement de votre esprit et de celui de votre entourage. Et perdez peu de temps avec les journaux : les médias sont infâmes.
3) Arrêtez de vous vautrer dans la boue hollywoodienne et celle des cassettes vidéo, parmi lesquelles celles qui sont pornographiques vous bestialisent, tandis que celles qui sont romantiques vous dévirilisent en exaltant le sentiment au-dessus de la raison. Aucune dose de sport « macho » ne fera de vous un homme quand vos distractions vous ramollissent.
4) Donnez à vos épouses toute l’affection dont elles ont besoin, et même un peu plus, mais ne vous enroulez pas autour d’elles. Le plant de haricot s’enroule autour du tuteur, et non pas le tuteur autour du haricot.
Femme catho25) Abstenez-vous absolument de toute activité nécessitant une tenue immodeste chez vos épouses, et détournez-les (ou interdisez-leur), par exemple les tournois de tennis ou les rencontres d’athlétisme, particulièrement quand celles-ci mettent les femmes en compétition les unes avec les autres d’une façon inélégante. Combattre peut bâtir la virilité, mais détruit la féminité.
6) Ne vous abstenez pas des activités masculines, au contraire, mais plutôt que de vous y faire accompagner par vos femmes, même en pantalons modestes, par exemple au ski ou à la voile, rappelez-vous qu’elles ont besoin de votre compagnie (« Tu seras sous la domination de ton mari », Gen 3,16) et consacrez suffisamment de votre temps à des activités où elles peuvent vous accompagner, si besoin est, sans se laisser dépouiller en aucune façon de leur féminité ou de leur modestie.
7) N’admirez jamais vos femmes quand elles sont masculines ou immodestes ; admirez-les volontiers quand elles sont féminines ou modestes. L’octroi ou le refus de votre admiration peut bien réussir là où vos ordres et vos interdictions échouent.
Le reste est facile à mettre au point dans la même ligne du bon sens d’autrefois. Vous en tenant à ces idées, vous vous épargnerez peut-être le choc punitif de voir un fils (ou une fille) revenir à la maison un jour pour annoncer qu’il a entrepris de vivre avec quelqu’un de son propre sexe. Que le Ciel vous aide ! (…)
Souvenez-vous qu’il y a aussi les Exercices spirituels pour les hommes, où vous trouverez les grâces et la force nécessaire pour résister à l’esprit du monde.
Mgr Williamson – 2è lettre – Novembre 1991
Publicités
Cet article a été publié dans Antimodernisme, Féminisme, Invertis, Mariage, Mgr Williamson, Tenue vestimentaire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.