Le meilleur moyen d’aimer ses ennemis ? Les combattre !

spiritual-warfare3Une fois, conversant avec un général, j’employais par inadvertance ces mots : « de nos ennemis », et j’entendis cette déférente observation : « Professeur, je préfère le terme d’adversaires. » Je me tus atterré. Si les prêtres et les militaires ne savent plus ce qu’est un « ennemi », qui le saura ? Car les deux institutions qui doivent, en vérité, avoir la plus vive perception de cette réalité, sont bien l’Eglise et l’Armée ! (…)
J’imagine que, parvenu à ce point, mon lecteur remue les idées qu’il a apprises sur la charité, l’Evangile, le pardon et les autres grandes notions puisées dans le giron de l’Eglise. S’il est studieux, il doit se rappeler que le Concile de Trente nous donne cette définition lapidaire : « L’Eglise militante est la partie de ses membres (encore sur Terre) qui luttent contre trois cruels ennemis : le diable, le monde et la chair. »
Cependant, mon lecteur se souvient aussi d’une parole du Christ : « Mais moi, je vous dis d’aimer vos ennemis… ».
Mon Dieu ! Comment concilier tant d’idées apparemment opposées ? Comment pourrais-je aimer si je dois combattre ?
Le Christ a répondu en disant : Justement ! En combattant ! Car c’est là la meilleure forme de charité à laquelle l’ennemi a droit.
Aussi incroyable que cela paraisse, ce sont les pacifistes qui pêchent contre la charité, quand ils veulent que tous s’unissent et se mélangent dans la même indifférence à l’égard du vrai et du bien. En effet, contre la charité, il n’y a pas de péché plus odieux que la complaisante condescendance avec laquelle nous laissons autrui demeurer dans l’erreur et dans le mal, et collaborons à cette lamentable situation.
Refuser d’incommoder, de combattre, de tirer quelqu’un de la tranquillité où l’ont placé l’erreur et le mal, c’est faire l’une des œuvres privilégiées du démon.
Gustavo Curçao – Extrait de O Globo, 25 juillet 1974
Publicités
Cet article a été publié dans Contrerévolution, Divers chrétiens contemporains, Doctrine, Intolérance. Ajoutez ce permalien à vos favoris.