Apprendre à prier Dieu par les Psaumes

Chev4Sur l’Église semble maintenant régner la folie.
C’est de la confiance du Psalmiste que nous avons besoin au milieu de nos douleurs.
Lorsque dans les temps modernes le monde tourna le dos à Dieu, croyait-il vraiment que Dieu ne le remarquerait pas, ou qu’Il n’en aurait cure ? La folie d’aujourd’hui atteint son comble où de plus en plus d’âmes se rendent compte qu’une intervention divine est devenue absolument nécessaire, et qu’elle sera un acte grandiose de miséricorde.
Or pour ne pas perdre espoir d’ici là, voyons à quel point déjà à l’époque de l’Ancien Testament le Psalmiste suppliait Dieu d’intervenir, sans douter un seul instant qu’il ne pût le faire. Les Psaumes sont une école de prière divinement inspirée pour tous les temps, et ils conviennent tout aussi bien au Nouveau Testament qu’à l’Ancien.
Voici le Psaume LXXIII (74 pour la numérotation moderne. Version Crampon) :
A. L’ANXIÉTÉ
1 Pourquoi, ô Dieu, nous avez-Vous rejetés pour toujours ? Pourquoi votre colère est-elle allumée contre le troupeau de votre pâturage ?
2 Souvenez-Vous de votre peuple [ catholique ] que Vous avez acquis aux jours anciens, que Vous avez racheté pour être la tribu de votre héritage ! Souvenez-Vous de votre montagne de Sion [ l’Église catholique ] où Vous faisiez votre résidence,
3 Portez vos pas vers ces ruines irréparables ; l’ennemi a tout ravagé dans le sanctuaire [ la Nouvelle Messe ].
4 Vos adversaires ont rugi au milieu de vos saints parvis [ ex : la liturgie ] ; ils ont établi pour emblèmes leurs emblèmes.
5 On les a vus, pareils au bûcheron, qui lève la cognée dans une épaisse forêt.
6 Et maintenant, toutes les sculptures ensemble ; ils les ont brisées à coups de hache et de marteau.
7 Ils ont livré au feu votre sanctuaire ; ils ont abattu et profané la demeure de votre nom.
8 Ils disaient dans leur cœur : “ Détruisons-les tous ensemble [ les jours de fête catholiques ] ! “ Ils ont brûlé dans le pays tous les lieux saints.
9 Nous ne voyons plus nos signes ; il n’y a plus de prophète, ni personne parmi nous qui sache jusques à quand…
10 Jusques à quand, ô Dieu, l’oppresseur insultera-t-il, l’ennemi blasphémera-t-il sans cesse votre nom ?
11 Pourquoi retirez-vous votre main et votre droite ? Tirez-la de votre sein et détruisez-les !
B. LA CONFIANCE
12 Pourtant Dieu est mon roi dès les temps anciens, lui qui a opéré tant de délivrances sur la terre.
13 C’est Vous qui avez divisé la mer par votre puissance, Vous qui avez brisé la tête des monstres dans les eaux.
14 C’est Vous qui avez écrasé les têtes de Léviathan, et l’avez donné en pâture au peuple du désert.
15 C’est Vous qui avez fait jaillir la source et le torrent, Vous qui avez mis à sec les fleuves qui ne tarissent pas.
16 À Vous est le jour, à Vous est la nuit ; c’est Vous qui avez créé la lune et le soleil.
17 C’est Vous qui avez fixé toutes les limites de la terre ; l’été et l’hiver, c’est Vous qui les avez établis.
C. LA SUPPLICATION
18 Souvenez-Vous : l’ennemi insulte Yahweh, un peuple insensé blasphème votre nom !
19 Ne livrez pas aux bêtes l’âme de votre tourterelle [ les Catholiques qui gardent la Foi ], n’oubliez pas pour toujours la vie de vos pauvres.
20 Prenez garde à votre alliance [ l’Église catholique ] ! car tous les coins du pays sont pleins de repaires de violence [ le Nouvel Ordre Mondial ].
21 Que l’opprimé ne s’en retourne pas confus, que le malheureux et le pauvre puissent bénir votre nom !
22 Levez-Vous, ô Dieu, prenez en main votre cause ; souvenez-Vous des outrages que Vous adresse chaque jour l’insensé.
23 N’oubliez pas les clameurs de vos adversaires, l’insolence toujours croissante de ceux qui Vous haïssent.
Kyrie eleison.
Mgr Williamson – Commentaire Eleison – n°419 du 25 juillet 2015
Publicités
Cet article a été publié dans Méditations, Mgr Williamson, Vatican II. Ajoutez ce permalien à vos favoris.