Pourquoi et comment réciter la prière de l’Angelus ?

Le musulman se tourne plusieurs fois par jour vers la Mecque en souvenir de son prophète : les chrétiens n’ont-ils pas bien plus de motifs de regarder le ciel pour se souvenir du divin Rédempteur et de sa Mère bénie ? L’Eglise nous y fait penser par l’Angelus.
L’Angelus est une prière que l’on récite au son de la cloche, le matin, à midi et le soir, pour honorer la Mère de Dieu et adorer en même temps le mystère de l’Incarnation.
On sonne la cloche avant le lever du soleil, après son coucher et à midi quand il est au plus haut point de sa course, parce que Jésus-Christ est le soleil de justice et la lumière du monde. L’apparition du soleil au ciel nous rappelle donc la venue de Jésus-Christ sur la terre, par conséquent son Incarnation.
Les versets que, aux trois coups de cloche, nous ajoutons à la prière en usage, réveillent le souvenir de l’annonciation de l’Incarnation du Sauveur. Nous disons :
1) L‘Ange du Seigneur (l’archange Gabriel) annonça à Marie (à Nazareth la naissance du Sauveur), et elle conçut du Saint Esprit (par l’opération du S. Esprit elle devint Mère de Jésus-Christ).
2) Voici la servante du Seigneur : qu’il me soit fait selon votre parole (c’est par ces mots que Marie attira sur la terre le Fils de Dieu).
3) Et le Verbe (le Fils de Dieu) s’est fait chair (est devenu homme) et Il a habité parmi nous (il a vécu parmi les hommes plus de 33 ans).
La coutume de sonner 3 fois par jour ne date que des Croisades (1095). L’usage existait sans doute déjà auparavant d’avertir le matin les fidèles par un coup de cloche qu’il était l’heure de prier. On avait aussi coutume dans plusieurs endroits de sonner à l’entrée de la nuit, afin d’indiquer le chemin à ceux qui auraient pu s’égarer dans la forêt. (C’est pour le même motif qu’en Russie, dans les grandes tourmentes de neige, on sonne jour et nuit, afin que les voyageurs trouvent un lieu de refuge).
Mais depuis l’époque des croisades, on a sonné régulièrement le matin et le soir (une demi-heure avant le lever du soleil et une demi-heure après son coucher) afin d’engager les fidèles à implorer le secours de Dieu pour la conquête de la Terre-Sainte (Urbain II, 1095) ; la sonnerie de midi ne s’établit que plus tard (Calixte III, 1456).
Au commencement l’on ne récitait qu’un Notre Père ; on y ajouta ensuite l’Ave Maria. Plus tard les papes ordonnèrent de sonner trois coups (comme en l’honneur de la Très-Sainte Trinité) et de réciter à chaque coup un Ave Maria, pour demander à la Mère de Dieu la destruction des hérésies.
L’Angélus dans sa forme actuelle est donc d’institution relativement récente (Benoît XIII y a attaché des indulgences en 1724).
Dans beaucoup de paroisses, après la sonnerie de l’Angélus du soir, on donne avec une autre cloche un second signal pour engager à prier pour les âmes du purgatoire.
On gagne une indulgence de 100 jours quand au son de la cloche, on récite à genoux un Pater ou un Ave, en y ajoutant : « Seigneur, donnez-leur le repos éternel, et que la lumière éternelle les éclaire. Qu’ils reposent en paix. Ainsi soit-il. » (Clément XII, 11 août 1736).
Saint Alphonse cessait immédiatement tout travail quand il entendait sonner l’Angelus. En bien des pays existe la belle coutume de dire, même publiquement, l’Angelus la tête découverte, au moins dans la saison chaude.
Catéchisme catholique populaire – François Spirago (1903)

FRANCAIS
V. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
R. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V. Voici la Servante du Seigneur,
R. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V. Et le Verbe s’est fait chair
R. Et il a habité parmi nous.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu,
R. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Prions. Daignez, Seigneur, répandre votre grâce dans nos âmes, afin qu’ayant connu par la voix de l’Ange l’Incarnation de Votre Fils Jésus Christ, nous puissions parvenir par sa Passion et par sa Croix, à la gloire de sa Résurrection, par le même Jésus Christ Votre Fils, notre Seigneur. Amen
LATIN
V. Angelus Domini nuntiavit Mariæ,
R. Et concepit de Spiritu Sancto.
Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum. Benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Jesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostræ.
V. « Ecce Ancilla Domini. »
R/ « Fiat mihi secundum Verbum tuum. »
Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum. Benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Jesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostræ.
V. Et Verbum caro factum est.
R. Et habitavit in nobis.
Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum. Benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Jesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostræ.
V. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
R. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
Oremus: Gratiam tuam quæsumus, Domine, mentibus nostris infunde; ut qui, angelo nuntiante, Christi Filii tui Incarnationem cognovimus, per passionem eius et crucem, ad resurrectionis gloriam perducamur. Per eumdem Christum Dominum nostrum. Amen.
Publicités
Cet article a été publié dans Méditations, T.S. Vierge Marie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.