La véritable définition de la liberté religieuse

cathedrale_de_reims_-Domenico_Quaglio_1787_-_1837Pour les Catholiques orthodoxes, il est un point absolument clair, porté en France par l’institution royale, c’est celui de la liberté de l’Eglise : aucun faux culte, et actuellement la secte mahométane, n’a de « droits » à agir librement.

C’est ici que l’on voit l’erreur athée défendue par le républicanisme, lequel porte la fausse religion islamique sur son dos, lui offrant toute liberté d’agir en France. La secte maçonnique dont les erreurs constituent les fondations de la république « française » chemine aux côtés de l’islamisme comme deux compagnons inséparables.

Sans surprise, c’est encore le judaïsme qui a coopéré, dès l’origine, avec l’hérésie protestante et les tenants du démocratisme pour imposer « la liberté de culte » qui assure à la secte maléfique qu’est l’islam son sauf-conduit actuel.

Un pouvoir authentiquement chrétien doit, en toute logique, mettre un terme à cette erreur aux effets funestes et interdire, séance tenante, la secte islamique. Les mosquées sont les temples du diable d’où les démons sortent pour ruiner l’ordre chrétien déjà si malmené par les apostats et les maçons.

Il n’y a pas de moyens termes avec l’erreur islamique et il est une obligation de foi, pour le Catholique orthodoxe, de la combattre. Il n’y a qu’un Roi en France, en Europe et dans l’univers, c’est le Christ.

Boris Le Lay – Octobre 2015

Advertisements
Cet article a été publié dans Boris Le Lay, Contrerévolution. Ajoutez ce permalien à vos favoris.