Les plus grands ennemis du nom Chrétien

ob_2ee1f1eaab7947c3bfc9fa35c0fd768d_4horseman

« Les juifs, les hérétiques et les sarrasins sont les plus grands ennemis du nom Chrétien. » (Chanoine Pierre de Poitiers – XIIè siècle)


Le 27 novembre 1095, au Concile de Clermont, le Pape Urbain II lançait un appel à la Croisade pour soutenir l’Empereur byzantin menacé par les Turcs, et libérer la Terre Sainte.

Les deux premières armées de croisés, dirigés par Pierre l’Ermite et Gautier Sans-Avoir, ne maltraitèrent pas spécialement les juifs ; mais les autres bandes, arrivées elles aussi de France, d’Angleterre, de la Lorraine et des Flandres, se préparèrent à la guerre sainte contre les musulmans en massacrant partout les juifs sur leur passage.

Ils sont « orgueilleux », « malfaisants », « insolents », écrivait le moine de Cluny Raoul Glaber.

En France même, d’où la Croisade était partie, les massacres furent très rares. A Rouen seulement, ville qui appartenait alors à l’Angleterre, les Croisés attaquèrent les juifs, les contraignirent à se convertir et égorgèrent ceux qui s’y refusaient. Ce qui, dans une vieille tradition française, est rendu ainsi : « Et cel qui ne voudrent croire furent occis et commandez as doubles ».

Ni les excommunications lancées par les prêtres, ni les menaces et les défenses faites par les Princes ne purent les empêcher d’agir.

Guibert de Nogent (1055-1125), abbé de Nogent-sous-Coucy, né dans le Beauvaisis, fur l’un des principaux chroniqueurs de la première Croisade, qu’il raconte dans ses Gesta Dei per Francos : « Nous désirons aller combattre les ennemis de Dieu en Orient, mais nous avons sous les yeux des juifs, race plus ennemie de Dieu que ne l’est aucune autre. »

Pierre de Cluny, qui était alors après le Pape le personnage le plus important de la Chrétienté, réitéra la question de Guibert de Nogent à l’adresse de Philippe Ier : «  Pourquoi devons-nous chercher des ennemis du Christ dans les pays lointains, lorsque les juifs blasphémateurs, qui sont bien pires que les Sarrasins, vivent au milieu de nous et outragent impunément le Christ et les sanctuaires de l’Eglise ? »

En 1096, Philippe suivit les conseils de Pierre et chassa les juifs de ses terres.

Hervé Ryssen – Histoire de l’antisémitisme (2010) – p. 101

Publicités
Cet article a été publié dans Cathares, Croisades, Hervé Ryssen, Judaïsme, Moyen-Age. Ajoutez ce permalien à vos favoris.