1940 : La France aurait dû oser le renversement d’alliances après Mers-el-Kébir

mersph84

La France depuis la Révolution dite française, n’a jamais cessé d’être à la botte de la maçonnerie anglaise, et jusqu’à Vichy qui n’a pas osé le renversement d’alliance après leur félonie de Mers-el-Kébir.
Philippe Ploncard d’Assac – Revue La Politique n°172 (2016)

[À propos de Mers-el-Kébir] Non, quand on y réfléchit, ce n’est pas par crainte d’une mainmise allemande que les Britanniques ont attaqué les navires de guerre déjà à moitié démobilisés qui se trouvaient outre-mer, hors de portée des Allemands, ou qu’ils ont capturés ceux qui s’étaient réfugiés sans méfiance dans leurs ports, où ils ne risquaient rien non plus des Allemands : c’est, psychologiquement, par un réflexe mal dominé de dépit, de l’hostilité et de l’égoïsme à l’égard d’un gouvernement français qui n’acceptait plus d’être le pion inconditionnel de la politique britannique sur le continent.
Amiral Auphan – Histoire élémentaire de Vichy (1971)
Advertisements
Cet article a été publié dans 39-45, Amiral Auphan, Philippe Ploncard d'Assac. Ajoutez ce permalien à vos favoris.