Le protestantisme a détruit la Chrétienté

1119elisa1Le XIIIè siècle fut l’apogée de la civilisation chrétienne. Jamais peut-être l’Epouse du Christ n’avait régné par un empire si absolu sur la pensée et sur le cœur des peuples…
Alors, plus qu’à aucun autre moment de ce rude combat, l’amour de ses enfants, leur dévouement sans bornes, leur nombre et leur courage chaque jour croissants, les saints que chaque jour elle voyait éclore parmi eux, offraient à cette Mère immortelle des forces et des consolations dont elle n’a été depuis que trop cruellement privée.
Grâce à Innocent III, qui continue l’œuvre de Grégoire VII, la chrétienté est une vaste unité politique, un royaume sans frontière, habité par des races multiples.
Les seigneurs et les rois avaient accepté la suprématie pontificale.
Il fallut que le protestantisme vint pour détruire cette œuvre.
Montalembert – Vie de Sainte Elisabeth (1836)
Advertisements
Cet article a été publié dans Moyen-Age, Protestantisme. Ajoutez ce permalien à vos favoris.