L’imposture historique du 14 juillet 1789

BastilleLe 14 juillet est une des merveilles de la propagande révolutionnaire : il n’y a jamais eu de prise de la Bastille par le peuple de Paris.
Devant les troubles et les émeutes qu’organisaient les comités révolutionnaires aidés de la canaille parisienne, le peuple, les bourgeois et les petites gens, eux, se barricadaient dans leur demeure attendant dans l’angoisse que le chaos cesse.
Il n’y a jamais eu de « prise », car les émeutiers sont entrés par la porte ouverte sur ordre du gouverneur de la prison, le Marquis de Launay. Il ne disposait que de 114 hommes pour défendre les lieux, dont 82 invalides et 32 suisses.
Devant ces milliers d’agitateurs, il ne voulut pas faire de boucherie en tirant au canon dessus. Le gouverneur offrit alors la reddition à condition qu’on respectât la vie de tous les habitants de la forteresse et que la garnison sortît avec les honneurs de la guerre.
Les insurgés acceptèrent, mais bientôt, ou oublia et les promesses et l’honneur. La meute se déchaîna, la foule massacrant la plupart des gens qui s’étaient rendus à elle sous le serment.
Le Marquis de Launay fut assassiné à coups d’épée et sa tête promenée à travers rues au bout d’une pique. Les chefs émeutiers étaient surtout des rôdeurs et des déserteurs à la recherche de munitions.
tumblr_mpmhyhTSyO1qzfmh5o1_250Cette prise de la Bastille servira d’exploitation politique : le peuple, dira-t-on, s’est libéré de l’absolutisme royal en prenant une prison royale ! Là encore mythe et mensonge : on libéra ce jour-là 7 prisonniers : 4 faussaires, 2 fous et 1 débauché qui était interné à la demande de sa famille. Il n’y avait aucun prisonnier politique.
Cette fête du 14 juillet est une infamie, car elle est la victoire du parjure, de la violence et de l’anarchie. Cette fête ne pourra jamais, sans déshonneur, être la fête d’une nation. Elle n’est qu’une fête révolutionnaire imposée par la force et le mensonge.

Abbé Rioult – L’apothéose humaine (2015), s’appuyant sur Jean Dumont – Pourquoi nous ne célébrerons pas 1789 (1989)
Publicités
Cet article a été publié dans 14 juillet 1789, Abbé Rioult, Athéisme, Monarchie, Révolutions. Ajoutez ce permalien à vos favoris.