Archives de catégorie : Nicolas Gomez Davila

Davila, le réactionnaire authentique (7)

(499) Le démocrate défend ses convictions en déclarant obsolète celui qui le combat. (503) Le moderne se refuse à entendre le réactionnaire, non que ses objections lui paraissent irrecevables, mais parce qu’elle ne lui sont pas intelligibles. (505) Seule la … Lire la suite

Publié dans Contrerévolution, Méditations, Nicolas Gomez Davila

Davila, le réactionnaire authentique (6)

(16) Ce qui ne semble pas d’abord faux au lecteur ne vaut pas d’être écrit. (35) Il y a quelque chose d’absolument vil chez celui qui n’admet que des égaux, chez celui qui ne se cherche pas anxieusement des supérieurs. … Lire la suite

Publié dans Contrerévolution, Méditations, Nicolas Gomez Davila

Davila, le réactionnaire authentique (4)

(12) Mourir en exil est la garantie que l’on n’a pas été tout à fait médiocre. (19) La lecture est une drogue inégalable car elle nous permet d’échapper, plus qu’à la médiocrité de nos vies, à la médiocrité de nos … Lire la suite

Publié dans Contrerévolution, Méditations, Nicolas Gomez Davila

Davila, le réactionnaire authentique (3)

(36) Ceux qui professent que le noble est vil finissent par prêcher que le vil est noble. (47) Méfions-nous de ceux qui ont besoin de certificats d’origine pour prouver leur noblesse. (58) L’homme cultivé a le devoir d’être intolérant. (66) … Lire la suite

Publié dans Contrerévolution, Méditations, Nicolas Gomez Davila

Davila, le réactionnaire authentique (1)

(p 13) L’humanité est d’une étonnante indifférence envers tout ce qui ne menace pas son existence mais se contente de la salir ou de la dégrader. (p 48) L’enthousiasme débordant du public pour un film idiot suffit à guérir n’importe … Lire la suite

Publié dans Contrerévolution, Méditations, Nicolas Gomez Davila

Le « progrès » par Davila

L’Histoire du « Progrès » : l’Histoire de comment l’homme se complique inutilement la vie. L’homme moderne est condamné au progrès à perpétuité. Douter du « Progrès » : voilà l’unique progrès. Le « Progrès » se réduit finalement à voler à l’Homme ce qui l’anoblit, … Lire la suite

Publié dans Nicolas Gomez Davila, Progressisme