Les 9 notions fondamentales de l’action

keep-calm-and-start-a-counterrevolution-11° Notion fondamentale d’unité (doctrinale et stratégique)
La complémentarité de moyens divers est inconcevable, en effet, sans référence à une unité supérieure.
Si Lénine a combattu ceux qui, autour de lui, tendaient à mépriser la formation idéologique, cette formation est plus encore un devoir chrétien.
Si, dans une armée, chaque unité prétendait se battre pour un idéal différent, l’unité est donc la force de cette armée, seraient compromises.
Si donc il importe de favoriser une diversité des moyens qui décuple les possibilités de l’action, cette diversité ne doit jamais faire oublier l’indispensable unité des esprits et des cœurs.
Allons plus loin. Cette unité doctrinale elle-même, ne suffit pas. Si nous sommes décidés à combattre efficacement, une certaine systématisation méthodologique est nécessaire. Une union débonnaire des esprits est sans intérêt s’il n’existe pas d’unité au plan des méthodes d’action.
2° Notion d’harmonie sociale (ou psychologique) d’intérêts (ou soucis) communs
Si l’unité de pensée, l’unité stratégique sont un élément évident de puissance, le respect des harmonies sociales ne l’est pas moins. Se méfier, en conséquence, des formules d’action qui méprisent ou ébranlent celles-ci.
Préférer, autant que possible, celles qui permettent d’utiliser les hommes où ils sont et comme ils sont.
Bien se dire que chacun se donne à l’action avec plus de zèle quand le moyen proposé correspond davantage à ce que l’on désire ou à ce que l’on redoute dans l’immédiat.
3° Notion de continuité (de fréquence)
Car la formule est plus efficace qui tient constamment en éveil par le prolongement d’une action continue. Certains arrêts, certains repos dans l’action représentent autant d’échecs.

4° Notion de soutien mutuel

Il est certes des formules très efficaces mais où les hommes sont trop seuls. Or, nul n’est à l’abri du découragement. Avantage, par conséquent, des moyens d’action où le réconfort mutuel est plus aisé.

5° Notion de facilité relative (dans l’intelligence de ce qui est à dire, à faire, dans le fonctionnement de l’appareil)

Un enseignement trop élevé, inutilement docte, un goût immodéré de l’érudition stérilisent l’action. Les « coupeurs de cheveux en quatre » sont rarement diffuseurs zélés des idées vraies. Ils se contentent de les étudier sans fin.
Il importe que des gens sans capacités extraordinaires comprennent le fonctionnement de l’œuvre proposée.
Se méfier des formules compliquées, exigeant ce dont on manque… : nombreux cadres, beaucoup d’argent, locaux difficiles à trouver, etc…
Préférer les formules d’action « commodes » qui peuvent se plier aux horaires les plus capricieux, tirer profit de locaux de fortune.

6° Notion d’économie

Nous sommes pauvres. Se le tenir pour dit. En conséquence devoir de préférer autant que possible les formules rendant beaucoup aux moindres frais.

7° Notion de sécurité (et de survie)

A tout moment, la Révolution peut redevenir féroce persécutrice. Il est donc sage de concevoir l’action de telle sorte qu’elle puisse continuer malgré tout. En cas de suppression de l’élément directeur, en cas d’impulsion directrice intermittente, il ne faut pas que cette carence de la tête provoque un abandon de l’action.
Prévoir des formules où tout ne dépend pas de la présence d’un seul homme, ou d’un seul groupe d’hommes. S’attacher à assurer la relève sans retard.

8° Notion de perfectionnement continu

Bien se dire que la routine est la mort de l’action. Qui ne cherche plus à en améliorer sans cesse les instruments est déjà, sans qu’il s’en doute peut-être, hors de combat.
Il faut avoir le souci de la plus grande efficacité par le perfectionnement continu des moyens et méthodes. Il importe donc que les formules adoptées soient aisément perfectibles et que chaque amélioration ne provoque pas une crise aiguë dans l’appareil.

9° Notion d’obligation morale

Elle a pour but de rappeler non seulement qu’il est des moyens inadmissibles, mais qu’en certaines circonstances tels moyens légitimes doivent être écartés comme inutilement perturbateurs. Remèdes qui provoqueraient des réactions pires que le mal. Bien se dire que pour être fécondes (donc acceptables) certaines interventions supposent un lent travail de préparation de l’opinion, la formation d’une élite.

Ces notions indiquées, il serait trop long d’effectuer à leur lumière la critique détaillée de chaque formule d’action. L’exercice en serait fastidieux, encombré de répétitions.

Il nous paraît donc suffisant de faire porter nos réflexions sur quelques moyens plus caractéristiques. Leçons générales, facilement applicables à l’études des formules voisines.
Jean Ousset – L’action (1972)
Publicités
Publié dans Jean Ousset, Stratégie

Nous devons obliger l’ennemi à reculer

2

Image | Publié le par

Toi aussi, deviens gourou d’une secte protestante !

protestant

Image | Publié le par

Quand tu lis « La Conjuration antichrétienne » de Mgr Delassus en cachette

Publié dans Mgr Delassus

L’abbé Pagès écrase l’hérétique Morgan Priest [vidéo]

Publié dans Abbé Pagès, Aucun salut hors de l'Eglise, Papauté, Primauté romaine, Protestantisme

C’est à la détestable secte maçonnique que la France doit tous ses malheurs

4738903_3_0834_loge-du-grand-orient-de-france-a-castres-le_95e7b435cf64ac00ab71db916e16b213Nous appelons la Franc-Maçonnerie secte ténébreuse à cause des ténèbres où elle aime à s’envelopper, mais plus encore à cause des noirs mystères qui s’opèrent en elle et qui ne sont pas également connus de tous les initiés.
Ils ont la première et principale part dans la révolution antichrétienne, c’est parmi eux que le plan en a été conçu, ils s’y étaient préparés et n’attendaient qu’une occasion pour la faire éclater.
Cette occasion ne pouvait naître que quand l’impiété aurait fait de grands progrès dans toutes les conditions, et c’est là que visaient leurs travaux, en s’efforçant d’abord de jeter le ridicule sur le Christianisme.
Leurs moyens étaient d’avance les mots de liberté et d’égalité, entendus à leur manière, et tandis qu’ils n’avaient à la bouche que le nom de fraternité, ils inspiraient aux leurs un courage farouche pour en faire les instruments de leurs ambitions.
C’est donc à cette détestable secte que la France doit ses malheurs, et si le Seigneur, touché de compassion, arrête le succès de ses projets, sachons cependant que sa malice est. toujours la même, que ses défaites ne la rebutent pas et qu’un gouvernement qui la supportera devra s’attendre à éprouver de sa part de plus grands et durables excès.
Le gouvernement devrait non seulement interdire les loges et leurs assemblées sous des peines graves, mais encore dévoiler publiquement et avec preuves à l’appui, les crimes de la Franc-Maçonnerie, ses trames perfides, les maux qu’elle a causés.
Il serait de la sagesse de s’entendre avec les autres gouvernements pour qu’ils prennent de concert les moyens d’abolir une secte si pernicieuse au genre humain. Il faudrait flétrir la mémoire de cette organisation vouée à l’enfer et déclarer infâmes et traîtres à la patrie ceux qui à l’avenir en seraient les fauteurs.
Et ce qu’on dit de la Franc-Maçonnerie doit s’étendre à toutes les sectes qui ont des rapports avec elle, tels que les Sundenbergistes, les Illuminés proprement dits et autres, dont le nombre est grand dans cette capitale.
Père de Clorivière (1735-1820) – Etudes sur la Révolution
Publié dans Abbé de Clorivière, Franc-maçonnerie, Révolutions

Angleterre : le schisme et l’hérésie finissent par offrir le pays à l’islam

Sadiq Khan en passe de devenir maire de Londres
Le passé en eaux troubles de Sadiq Khan

Sadiq khan

Publié dans 5 - Ennemis de Dieu, Franc-maçonnerie, Islam, Mondialisme, Protestantisme, Schismatiques